• WOUAAAAH!!! ... La gamelle !!!!

     

    « (Tiens, quèsque que c’est que ce truc ? Ma parole, on dirait Lucette ! … Quèsqu’elle a ? Elle en a … de drôles de gants ! … Mais oui, mais oui, c’est Lucette). … Lucette ! … Luceeette !!!

     

    « Hein ? Quoi ?

     

    « Lucette, je me trompe pas, c’est vous ?

     

    « C’est moi oui. Mais vous, vous êtes qui ?

     

    « Ben Ginette tiens ! Vous me reconnaissez pas ?

     

    « Pas vraiment. Je vous connais pas cette tenue.

     

    « Ben quèsqu’elle a ma tenue ? C’est une moumoute blanche avec des nounours et des flocons de neige, parfaite par les temps qui courent. Et puis j’ai mis un joguingue que je me suis acheté en solde, un beau joguingue  orange par-dessus mes mi bas. Voilà, c’est moi Ginette Lucette.

     

    « Aaaah alors Ginette, c’est bien vous. Bonjour Ginette.

     

    « Bonjour Lucette. Et ben dites donc, vous êtes drôlement attifée vous. J’ai eu du mal à vous reconnaître.

     

    « Et ben, moi aussi Ginette, j’ai eu du mal, 

     

    « Ça m’étonne pas, on vous reconnaît à peine. Si ça se trouve c’était pas vous !

     

    « Pas moi ?

     

    « Ouais ! Ce matin, dans la glace, si ça se trouve c’était pas vous que vous avez vue Lucette ! Ho ho ho ! Vous vous êtes pas reconnue dans la glace ! Ho ho ho !

     

    « Pas reconnue dans la glace ? … Comment que vous savez ça Ginette ?

     

    « Ben à vous regarder tiens ! Avec votre moumoute verte qui doit sûrement recouvrir une mini jupe violette, vos collants de laine rose, vos mini-bas bleus  et votre bonnet jaune enfoncé jusqu’aux yeux et aux oreilles, on peut pas vous louper ! Pourtant, un truc comme ça, ça pouvait être que vous Lucette. … Et pis cette paire de gants blancs qui vous monte jusqu’aux coudes, à part les couleurs, on peut pas deviner au premier ras bord !

     

    « Des gants ? J’ai pas de gants Ginette !

     

    « Comment ça vous avez pas de gants !

     

    « Non, j’ai pas de gants !

     

    « Ben ça, là, c’est quoi ? Vous avouerez que c’est une drôle d’idée, de mettre des gants longs comme ça pour aller faire ses courses ! C’est des trucs qu’on portait dans le temps pour sortir dans le grand monde !!! … Et pourquoi les avoir mis pardessus vos manches de moumoute ? hein ?

     

    « Y sont pas par dessus Ginette, les manches de ma moumoute, on les a coupées !!

     

    « Quelle drôle d’idée !!

     

    « Ben y  pouvaient pas faire autrement tiens !

     

    « Y pouvaient pas faire autrement ? Qui ça … Y ?

     

    « Les infirmiers, les docteurs, est ce que je sais moi ?

     

    « Les infirmiers, les docteurs ! C’est quoi cette histoire ? Quèsque vous me chantez là Lucette ?

     

    « Ben vous le savez puisque vous venez de me le dire Ginette !

     

    « Moi ? Non ! Quèsque je vous ai dit ?

     

    « Vous m’avez dit : « Dans la glace », ça prouve que vous savez.

     

    « Mais que je sais quoi à la fin bougre de satanée Lucette ?

     

    « Ben que j’étais dans la glace !

     

    « Dans la glace ? Vous vous êtes emplafonnée dans vot’miroir ? Ah ben ça, ça m’étonne pas, vous avez du vous faire peur, nippée comme vous êtes ! Ho ho ho !!!

     

    « Non non non Ginette, c’est pas ça du tout !

     

    « Non ?

     

    « Non ! … Ça m’est arrivé dans la rue.

     

    « Dans la rue ? C’est bizarre, y a pas de miroir dans la rue. … A moins que ça soye en vous mirant dans la vitrine du boulanger ! Ho ho ho !

     

    « Ginette ! C’est pas drôle, d’autant que c’est pas ça du tout non plus.

     

    « Pas ça ? … Mais alors quoi ? Quèsqu’y vous est arrivée Lucette ?

     

    « Et ben ça m’est arrivé au pont, si vous voulez tout savoir.

     

    « Au pont ? Y a pas d’miroir au pont Lucette ! Quèsque vous avez encore inventé comme histoire? Et quel est le rapport avec vos gants bizarres là ?

     

    « Je vous ai déjà dit que c’étaient pas des gants Ginette !

     

    « Bon bon D’accord Lucette !, alors c’est quoi ?

     

    « Des plâtres Ginette.

     

    « Des plâtres ?!! … M’enfin Lucette, quèsque ça veut dire Des plâtres !

     

    « Ça veut dire  que c’est des plâtres Ginette. C’est des plâtres qu’on m’a mis à l’hopital d’où je reviens.

     

    « Vous revenez de l’hôpital ? Mais quèsqu’y vous est arrivé ?

     

    « J’ai raté le pont !

     

    « Quoi ??

     

    « J’ai raté le pont Ginette.

     

    « Raté le pont !!! Mais comment que vous avez fait votre compte ? Large comme il est le pont, et étroite comme vous êtes, vous pouvez pas le manquer !! … Aaaaaah j’y suis ! Vous avez eu un accident d’auto ! Mais vous étiez avec qui ?

     

    « Avec personne Ginette, j’ai raté le pont toute seule, c’est tout.

     

    « Toute seule ? A pied ?

     

    « Oui !

     

    « Mais comment peut-on ? Toute seule Lucette, on peut pas rater le pont de Potinville !

     

    « Si Ginette, on peut. La preuve.

     

    « Comment que vous avez fait votre compte ?

     

    « Ça a commencé devant l’épicerie du bas du bourg, …

     

    « Celle de Vincent Poursan ?

     

    « Oui, …

     

    « Mais elle est … à au moins cent mètres du pont Lucette !

     

    « Justement Ginette, c’est à cause de ça.

     

    « Ah bon ? Quèsqu’y s’est passé ?

     

    « Ben vous vous rappelez qu’il a neigé samedi dernier ?

     

    « Evidemment Lucette ! C’est même pas encore fondu. Vous me prenez pour une cruche ?

     

    « Loin de moi cette idée Ginette. Mais cette satanée neige a légèrement fondu lundi, et mardi, il a fait un froid de chien et du coup, le trottoir était verglacé.

     

    « Ouais ! Même que les cantonniers, ces feignants, y z’ont pas nettoyé.

     

    « C’est pas à eux de le faire Ginette, chacun doit balayer devant sa porte. Toujours est-il que mardi matin de bonne heure, j’allais chercher mes œufs chez la fermière, …

     

    « La Gisèle ?

     

    « Oui, chez la Gisèle.

     

    « Quelle papoteuse celle là !

     

    « Peu importe Ginette. Donc j’allais chercher mes œufs quand tout à coup, en passant juste devant chez Poursan qu’avait pas nettoyé sa neige, j’ai dérapé.

     

    « Ah ! … Et ?

     

    « Et ben là, tout s’est enchaîné Ginette.

     

    « Normal, vous aviez pas mis de chaînes Lucette.

     

    « Hein !

     

    « Non rien. Enchaînez Lucette ! Enchaînez ! (Pfffffff !!!).

     

    « Alors là, comme la rue est en pente, je suis partie en glissade. D’abord sur mes pieds, puis très rapidement sur mes fesses !

     

    « Hooooo !?

     

    « Oui Ginette. Je prenais de la vitesse, et puis je me suis mise à tourner cul par dessus tête, comme une boule, ...

     

    « De neige évidemment.

     

    « Oui, mais je pouvais pas me diriger !, alors du coup, j’ai pas pu tourner pour prendre le pont, et j’ai tapé le parapet à l’endroit ousqu’il est pas haut, là, j’ai basculé pardessus et je me suis retrouvé dans, …

     

    « Dans l’eau froide pardi ! Ma pauv’lucette ! … (Hmpffffff !)

     

    « Hélas non Ginette, pas dans l’eau.

     

    « Comment ça pas dans l’eau ? Y a ben d’l’eau sous l’pont à c’t’endroit !

     

    « Pardon Ginette ! … Y en avait !

     

    « Ah bon ? Y en a plus ?

     

    « Siiiii Ginette ! Mais elle avait gelé ! J’suis tombée sur de la glace et paf, … les deux bras !

     

    « Les deux ?

     

    « Les deux Ginette. Et j’ai du taper avec la tête, parce que je me suis réveillée à l’hôpital.

     

    « Aaaaah ! Ben ça explique pourquoi je vous avais pas vue. … Ma pauvre Lucette ! Quèsque vous allez devenir ?

     

    « Justement, je venais chez vous pour quêter de l’aide Ginette.

     

    « Quêter ? … Quêter Quêter Quêter, … eueueueuh, faudrait voir à voir.

     

    « Demander assistance Ginette si vous préférez.

     

    « Ah bon !  Je préfère Lucette, je préfère. Pas de problème, je vous assisterais quand vous voudrez. Vous avez qu’ à m’inviter chez vous pendant votre convalescence, ça me fera des vacances. Allez Lucette en route !

     

    « Merci Ginette, c’est gentil.

     

    « Et pis j’y pense tout soudain Lucette.

     

    « A quoi ?

     

    « Ben dites, vous avez quand même des gants pardi !

     

    « Comment ça ?

     

    « Ben le plâtre, c’est chauffé, et par les temps qui courent, c’est pas du luxe. Ho ho hoho !!!!  Allez on y va !!!!

     

     

     

    (A suivre)

     

    « Objets inanimés, ... GRRRRRR !Wouaaah la gamelle suite ! (Alors là, c'est quasi Lourdes ! »

  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Février 2016 à 16:04

    Du nouveau chez nos deux commères!

    Et quel nouveau! la pauvre, elle aurait pu mourir! 

    Enfin je sens que la suite va être croquignole!

    Elles nous manquaient! Mais ça c'est du grand-guignol! 

    Alors un peu de tendresse, b.....!

    Bises

    Gigi

    2
    Lundi 29 Février 2016 à 16:15

    Y a t'il une vidéo ? la commère qui tourne comme une toupie, qui heurte le pont et atterrit sur la rivière glacée c'est un exploit peu commun.

    Bon sa copine va pouvoir lui faire des dessins sur ses plâtres.Je compte sur toi pour nous les montrer.

    Allez l'Emil on est plus en sécurité au coin du feu ...quoique.....

    Bonne soirée.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 29 Février 2016 à 18:40

    c'est pas de b ol de se casser quelque chose quand on n'est pas en vacances de neigehappy.Je voudrais bien voir le look de Lulu !!!!!!oops

    4
    Mardi 1er Mars 2016 à 06:23

    La pauvre Lucette, il ne lui arrive que des malheurs, et cette Ginette qui ne la laisse pas causer, amusant à lire cette petite histoire

    Amicalement

    Claude

    5
    Mercredi 2 Mars 2016 à 20:30

    Une scène de las vie... bien raconté !

    J'aime.

    Erwin 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :