•  

    « Gineeette ? Vous êtes là ?

     

    « Ouais Lucette, amEnez vous, Je suis au téléphone ! … Ouais Tata, je te rappelle demain, j’ai du monde qu’arrive. … Hein ? … Ouais, tu as raison, on est jamais tranquilles. … Ouais, je te rappelle. Allez au revoir ! … Bises.

     

    CLIC !

     

    « Vous étiez au téléphone Ginette ?

     

    « Ouais Lucette, ma tante est entrée à l’hôpital hier.

     

    « Grave ?

     

    « Oui et non Lucette. Un problème de cœur.

     

    « Ah ? Elle est amoureuse ?

     

    « Amoureuse ? A son âge, vous rigolez Lucette !

     

    « Pourtant Ginette, les problèmes de cœur, ça conduit souvent à l’hôpital. J’avais une cousine de maman qu’a eu des déboires avec un type qui … !

     

    « Vous me raconterez çà une autre fois Lucette. Votre arrivée intempestive m’a pas permis de savoir comment elle allait.

     

    « Oh je m’excuse Ginette, si vous voulez je reviendrai un peu plus tard !

     

    « Mais non Lucette ! Je la rappellerai plus tard, c’est une vieille chouette. Vous savez, elle a enterré maman, alors … elle a le temps. … Et vous, qu’est ce qu’y vous amène ?

     

    « Hein ? Moi ?

     

    « Oui Vous ! Qu’est ce qu’y vous amène à cette heure ?

     

    « Il est déjà 7 heure ?

     

    « Je sais pas Lucette, mais qu’est ce qu’y vous amène ??

     

    « Eueueueuh ! … Ah oui, je venais vous demander un service Ginette.

     

    « Un service ? Si je peux Lucette. C’est quoi ?

     

    « Ben, … eueueuh, … à vrai dire, c’est un peu délicat.

     

    « Comment ça délicat ?

     

    « Ben oui Ginette, c’est un truc qui, … eueueueuh, … que eueueuh, …j’ai pensé qu’y avait que vous qui pouviez, éventuellement me le rendre.

     

    « Vous le rendre ? Je vous ai emprunté quelque chose ? … Et c’est quoi ?

     

    « C’est rien Ginette. Je voulais que, … enfin si vous pouviez, … J’aurais voulu que vous me rendiez un service.

     

    « Un service ? Ben pas de problème Lucette si je peux.

     

    « Vous pouvez Ginette, vous pouvez.

     

    « Alors c’est quoi bon sang ? Arrêtez de tourner autour du pot, crachez le morceau Lucette !

     

    « Ben voilà Ginette. Est-ce que vous pourriez m’prèter un de vos pantalons de jogging ?

     

    « Un pantalon de quoi ?

     

    « De jogging Ginette.

     

    « De djogging ? Mais ma pauv’Lucette, j’ai pas de ça moi !

     

    « Mais si Ginette, je vous ai vue en porter déjà, vous en avez.

     

    « Ah ben ça c’est la meilleure ! Si j’en avais, je le saurais quand même !

     

    « Mais si Ginette ! Vous en aviez un l’autre jour quand on est allées aux champignons. Vous vous rapp’lez pas ?

     

    « Aux champignons ? J’avais un, … euh, comment que vous dites déjà ?

     

    « Un pantalon de jogging.

     

    « Non non Lucette j’avais pas de ça. … Qu’est ce que j’avais d’ailleurs déjà ? … Mince, je  m’en rappelle plus !

     

    « Un jogging je vous dis Ginette !!

     

    « Non non Lucette, je crois pas.

     

    « Mais si Ginette, rappelez vous, il était violet, vous aviez d’ailleurs mis votre K-way jaune pasqu’y faisait pas beau, y avait une petite pluie fine.

     

    « Hein ? Non non Lucette, y pleuvait pas, puisque vous vous êtes retrouvée le derrière dans le fossé et que vous avez dit : « Heureusement qu’il a pas plu sinon j’aurais eu le derrière trempé ! » Ho ho ho !

     

    « Oui, c’est vrai, à ce moment là y pleuvait pas encore. N’empêche, vu le temps, vous aviez prévu votre K-way jaune et un jogging violet.

     

    « Moi ? J’avais quoi ?

     

    « Un K-way jaune et un jogging violet.

     

    « Meueueuh non Lucette ! J’avais pas de ca… truc comme vous dites, j’avais un capuchon, jaune certes, et un Jauginge. … Il était violet vous croyez ? Je m’en souviens plus, des jauginges, j’en ai plusieurs.

     

    « Si si Ginette, il était violet votre jogging !

     

    « C’était un jauginge Lucette ! … D’ailleurs c’est le seul truc violet que j’ai !

     

    « Jogging ou jauginge, c’est pareil Ginette, ça dépend si il est anglais ou français.

     

    « Et ben le mien il est français !

     

    « Vous avez raison Ginette, c’est un jauginge. … Pour en revenir au petit service que je vous demande, est ce que vous pourriez m’en prèter un de vos jauginge ?

     

    « Pour quoi faire ? Vous allez nager là dedans. … Epaisse comme vous êtes ma pauv’Lucette !

     

    « Oooooh, c’est pas pour moi Ginette !

     

    « Ah bon ? Ben c’est pour qui ? Parce que c’est pas pour dire, mais j’aime bien savoir à qui que je prête mes affaires moi !

     

    « C’est pour Nicolas Jauny mon neveu !

     

    « Pour Cachou ? … Comment qu’y va ce gredin ? Toujours polisson ?

     

    « Ben justement Ginette, y va pas bien.

     

    « Qu’est ce qu’il a ?

     

    « Il s’est rompu le tendon d’Achille !

     

    « Achille ? Achille qui ?

     

    « Ben Achille Ginette, je sais pas moi !

     

    « C’est un copain à lui ? Y se sont fâchés ?

     

    « Je sais pas Ginette. Pourquoi que vous m’dites ça ?

     

    « Ben si Nicolas il a rompu avec Achille Tendon, c’est qu’y se sont fâchés tiens !

     

    « Mais non Ginette, c’est pas ça ! Nicolas, y s’est rompu le tendon du mollet là.

     

    « Du Mollet ?? Alors ça, ça se peut pas Lucette.

     

    « Pourquoi ?

     

    « D’abord, y s’appelait pas Achille, y s’appelait Guy. Et Guy Mollet, il est mort depuis longtemps.

     

    « Mais non Ginette, je vous parle du mollet de la jambe ! Ce mollet là. …

     

    « Arrêtez Lucette, vous me chatouillez !

     

    « Oui, et ben le mollet, il est accroché au talon par un tendon qu’on appelle le tendon d’Achille.

     

    « Achille Talon ? Ah ? Alors ça a rien à voir avec Guy Mollet, ça aurait plutôt à voir avec la bande dessinée.

     

    « Non Non Non Ginette ! Mais n’empêche, Nicolas, il a cassé son tendon  lui !

     

    « Contrairement à Guy Mollet qui a cassé sa pipe !

     

    « Roooooh Ginette !

     

    « Mais houlalalalala Lucette, ça doit faire mal ça !!!

     

    « Oui Ginette j’imagine.

     

    « Aïe aïe aïe ! Et beeeeen ! … Mais qu’est ce que mon jauginge pourrait faire pour ça Lucette ?

     

    « Et ben voilà Ginette. Nicolas il est plâtré du pied jusqu’au genou, et il a pas de pantalon …

     

    « Pas de pantalon ??

     

    « Si si Ginette, seulement y sont pas assez larges pour qu’il puisse les enfiler. … Avec son plâtre je veux dire. … Alors, j’ai pensé à votre jauginge. Vous comprenez ?

     

    « Oui oui oui très bien Lucette. Mais je sais pas si y sera assez large aussi, ça dépend de l’épaisseur du plâtre.

     

    « Ooooh si Ginette ! Pour ça, votre jauginge, y sera grandement assez large, vous inquiétez pas ! Nicolas, il est à peine plus gros que moi.

     

    « Mais dites moi, avec son plâtre, y peut marcher ?

     

    « Avec des béquilles oui, mais il a pas l’droit de poser l’pied par terre.

     

    « Ben dites, ça doit être fatigant ça !

     

    « Nooon, il est en fauteuil roulant, mais faut qu’y fasse attention pour passer les portes.

     

    « Pourquoi ça .

     

    « Ben parce que c’est très juste Ginette, y faut pas se cogner le pied.

     

    « Et puis c’est dangereux Lucette, faut pas se coincer les pouces dans le chambranle hein ? Ho ho ho ! Sacré Nicolas va ! … Allez venez, vous allez choisir le jauginge qui lui ira le mieux au teint. Y a l’choix, j’ai toutes les couleurs en fluo ! Ho ho ho ho…J’en ai même à pois et à carreaux.

     


    6 commentaires

  • 5 commentaires
  •  

    « Bon Lucette, si on se refaisait un petit grog ?

     

    « Attendez Ginette, j’ai pas fini d’accrocher les boules ! … Pis y en a pas assez, vous en avez d’autres ?

     

    « Ouais, y en a encore dans le sac. Vous les voulez toutes ?

     

    « Ben y a de la place dans votre sapin, on peut encore en mettre. Passez les moi !

     

    « Gourmande va. … Tenez Lucette, et faites z’en bon usage, mais n’en abusez pas. Ho ho !  !

     

    « Roooooh Gineeette ! … Tenez moi plutôt l’escabeau au lieu de dire des bêtises !

     

    « Voilà voilà !

     

    « Passez moi 2 boules !

     

    « Quelle couleur ?

     

    « N’importe Ginette, je vous ai déjà dit que je travaillais à l’instinct

     

    « Basique je sais ! C’est normal quand on fait dans les boules. !

     

    « Roooooh Ginette ! Dites Nicou, y vous a tourné les sangs à vous. Non ?

     

    « Non Lucette ! Nicou y m’a rien fait !

     

    « Et vous le regrettez ?

     

    « M’enfin Lucette, vous m’avez regardée ? Vous me voyez avec ce , … ce bonhomme qu’est sale comme un peigne ?

     

    « Beeeen. …

     

    « Enfin ! … J’ai quand même une autre classe ! Non !

     

    « Eueueuh, … oui.

     

    « Tenez j’ai encore 3 ou 4 boules Lucette. Y en a deux roses, une vert luciole et une bleu-roi avec des paillettes. Ça ira ?

     

    « Oui iiii. Des jumeaux en somme, hein Ginette ? Hi hi hi !

     

    « Des jumeaux ? Qu est ce que vous voulez dire par là ?

     

    « Beeeen Ginette, quatre boules, c’est des jumeaux. … Enfin presque. Hi hi hi hi !!

     

    « Comment ça presque des jumeaux ? Je comprends rien de rien Lucette !

     

    « Ben c’est les boules Ginette.

     

    « Les boules ?

     

    « Ouiiiiii Ginette, comme les boules de Nicou cougnette ! Hi hi hi !

     

    « Mais Nicou Cougnette, il a pas de jumeau Lucette ! Qu’est ce que vous allez inventer encore ?

     

    « Ben Ginette, quatre boules !! … Quatre bouououles ! Ça vous parle pas, ça ?

     

    « Quatre boules ?? …Aaaaaaaah ! J’y suis ! Comme celles de Nicou ! Ho ho ho ho !

     

    « Sauf que c’est pas des jumeaux.

     

    « Pourquoi ?

     

    « Parce que, Ginette, y en a deux roses, et deux autres pas de la même couleur ! Hi hi hi hi ! Du coup, ça peut pas être des jumeaux ! Voilà.

     

    « Raaaah ! C’est vrai ça. Lucette vous êtes une gourgandine ! Si votre curé savait ça !

     

    « Il le saura.

     

    « Sans blague ? En tout cas Lucette, c’est pas moi qui lui dirai.

     

    « Non Ginette, ça s’ra moi !

     

    « Vous allez vous dénoncer ?

     

    « Noooon ! Mais j’irai me confesser !

     

    « Vous confesser ? Et ben l’abbé Zikle, comme punition, y vous donnera la fessée Lucette ! Ho ho ho ho !

     

    « Meueueuh non Ginette ! Après la confession, faut réciter son acte de contrition, c’est tout.

     

    « Cékoiça ? Une récitation ? Un truc de La fontaine ? Ou de Bas de laine ?

     

    « Bas d’laine ? C’est qui ça ?

     

    « Ben un pouêt, tiens !

     

    « Un quoi ?

     

    « Un pouêt Lucette. C’est un gars qui fait des vers, et qu’y faut vermifuger. Et çui là, il aurait eu du mal à faire des fleurs de Pline, l’ancien, ou le jeune, j’sais pas au juste.

     

    « Quèsque vous racontez Ginette ? J’y comprends rien !

     

    « Je vous parle de pouêt Lucette ! Des gens qui font des vers que ça donne des pouésies à çe qui paraît. Enfin, c’est çe qu’on dit.

     

    « ???!!! … Aaaaaaah ! Vous voulez dire Beaudelaire Ginette ?

     

    « Beau d’laine ? … Peut-être bien Lucette,  ma mémoire défaille un peu.

     

    « Je dirais même beaucoup Ginette. Beau de laire, c’était un poête, et il a écrit les «Fleurs du mal». C’est un poème !

     

    « Comme un gamin d’Paris alors.

     

    « Hein ?

     

    « Mais oui Lucette, vous vous rappelez pas ? … Un gamin d’Paris, c’est tout un poème, … la la la lalère ! Vous vous rappelez pas la chanson ? La la la lalère !

     

    « Si Ginette, on fredonnait ça dans notre enfance. Un gamin d’Paris, c’est tout un poème, nulle autre part, il n’y a le même, la la la lalère !

     

    « Et ben vous allez chanter ça après la contribution de l’abbé Zicle.

     

    « Tiens, l’abbé Zikle, vous l’écrivez avec un c, vous maintenant ?

     

    « C’est pas comme ça que ça s’écrit ?

     

    « Non, ça s’écrit avec un K Ginette. Je crois bien qu’il est Alsacien.

     

    « Ah bon ? En tout cas, y va peut-être vous faire chanter. Y deviendra maître chanteur. Ho ho ho ho ! Et pis vous, vous contribuerez à la reproduction des canards.

     

    « Hein ? Comment ça ?

     

    « Vous chantez tellement bien Lucette. Ho ho ho ho ! … Bon, c’est pas tout ça, on va le prendre ce grog ?

     

    « Achengez Chi ette, ch’ai bas fidid’ettre les poules !

     

    « Hein Lucette? Ôtez cette boule de votre bouche, on comprend rien de ce que vous dites !

     

    « Je disais  que j’avais pas fini de mettre les boules Ginette.

     

    « Et ben grouillez, ! Je vais faire chauffer l’eau.

     

    « Faites ça Ginette, je mets la guirlande là et j’arrive.

     

    « Bon !

     

    « Ah, vous avez ach’té une guirlande avec des led ?

     

    « Comment ça ma guirlande est laide ? J’ai pris la plus belle Lucette !

     

    « Non Ginette, je disais que …

     

    « Dites Lucette, c’est pas parce que vous avez des goûts de chiotte, pour vous habiller, qu’y faut croire que tout l’monde est comme vous !

     

    « Mais non Ginette ! J’ai pas dit que votr’guirlande était moche, j’ai dit que c’était une guirlande de led.

     

    « Et vous le redites ! Vous avez du culot !

     

    « Maiaiais noooon Ginette. … Ecoutez moi, ! Je vous dis que vos ampoules là, …

     

    « Et ben qu’est ce qu’elles ont qui vous plaît pas ?

     

    « Elles ont rien Ginette, simplement ce sont des led ! L, E, D. C’est des initiales.

     

    « Des quoi ? C’est quoi mes ampoules ?

     

    « Des led Ginette. L, E, D. C’est de l’anglais.

     

    « Des ampoules anglaises, expliquez vous à la fin !

     

    « Et ben L E D, c’est des initiales anglaises. Ça veut dire : «luninescent electric diodes». En français : diode electro luminiscente, voilà !

     

    « ???

     

    « Oui oui Ginette. C’est des ampoules qui consomment presque pas d’électricité. C’est nouveau. Et on appelle ça des leds.

     

    « Ouais, et ben moi j’les trouve belles Lucette.

     

    « Moi aussi Ginette. Led,  c’est leur nom, Et ça s’écrit pas l a i d e, ça sécrit L E d.

     

    « Et ben je préfère. Alors installez la, pendant que je vais faire chauffer l’eau. N’oubliez pas qu’on a un grog à boire !

     

    « J’arrive dans deux secondes Ginette.

     

    « Ouais ! Mais ne bâclez pas le boulot quand même !

     

    « N’ayez crainte Ginette.

     

    « Oh j’ai pas peur.

     

    « AAAAAAAAAAH !

     

    BADABOUM !!!!

     

    « (Qu’est ce qu’y se passe encore ?) … Lucette ? Qu’ est ce qu’y vous arrive ?

     

    « Au s’cououours Ginette !!

     

    « Ben qu’est ce que vous faites là-haut ? Accrochée à cette branche ?

     

    « Je fais çe que je peux Ginette ! C’est votre foutu escabeau qu’est tombé ! … Aidez moi !

     

    « J’arrive Lucette, mais arrêtez de vous balancer comme ça, vous allez faire tomber le sapin !

     

    « Ouais ! Peut-être, mais j’essaye de pas me foutre la goule par terre !

     

    « Bon, cessez de gesticuler, je vous tiens les pattes. Bougez pas, je redresse l’escabeau.

     

    « Dépêchez vous !

     

    « Ooooh dites ! Je fais çe que je peux. … Ahan ! Et voilà. Je vous dépose sur les marches, vous pouvez y aller sans crainte, je tiens l’escabeau.

     

    « Oui, mais cette fois le lâchez pas !

     

    « Non non Lucette, je vous tiens.

     

    « Ah ça va mieux. Vous pouvez arrêter de me mettre la main aux fesses Ginette.

     

    « Oh pardon madame la marquise. Moi je faisais ça pour vous rendre la descente plus aisée !

     

    « Oui, merci, mais je suis rendue. Si ça vous ennuie pas Ginette, je vais me boire un grog pour me remettre de mes émotions.

     

    « Alors ça, c’est une bonne idée. On y va Lucette …Oooooooh il était temps, l’eau était en train de bouillir.

     

    « Rooooh ! Je vais encore me brûler !

     

    « Et ben vous aurez qu’à souffler dessus !. Allez zou ! Je vous en mets un plein bol.

     

    « Pas trop Ginette, faut de la place pour le rhum !

     

    « C’est vrai vous avez raison Lucette, point trop n’en faut !

     

    « Du cointreau ? … Ben je croyais qu’c’était du rhum ?

     

    « Ouais, c’est du rhum. Mais si vous voulez du Cointreau en plus, je peux vous en mettre Lucette, vous l’avez bien mérité.

     

    « Oh, ben je dis pas non, j’ai eu la trouille Ginette.

     

    « Mais comment que vous avez fait votre compte pour vous retrouver dans cette position ?

     

    « Ben je sais pas trop. Du geste ample du semeur, j’ai jeté la guirlande par-dessus le sapin, et je crois qu’emportée par mon élan, j’ai perdu l’équilibre, ce qui m’a projetée au-delà des marches de l’escabeau, et j’ai eu la présence d’esprit de me raccrocher à une branche haute du sapin ce qui a eu pour conséquence de me sauver la vie. … Voilà.

     

    « Heureusement que j’avais ach’té un grand sapin !

     

    « Ben , eueueuh, … !

     

    « Ah mais si Lucette, sinon, les branches n’auraient pas été assez solides pour vous supporter, et aussi phasmatique soyez vous, elles eussent lâché.

     

    « Vous croyez ?

     

    « C’est tout cru ma Lulu !

     

    « Hmmmmmm ! Dites, vot’grog, il est fameux.

     

    « Vous aimez ?

     

    « Oui !

     

    « Ça  doit être le Cointreau qui fait ça, je vais m’en mettr’un peu moi aussi.

     

    « Vous z’avez raison Zinette, z’est bon ! … hmmmm ! … Hipss !

     

    « Au fait Lucette, vous aviez z’eu le temps de finir ?

     

    « Ben ch’ai pas, ch’crois ben qu’ch’ai bas z’étaler la guirland zur le zapin ! … Blub ! … Hips !

     

    « Bouger bas Luzette, ch’vais l’faire ! … hic ! … Z’est bvrai gue le Goindreau dans le grog, z’est bon nom de Toui !

     

    « Hein ? Guèsgue vous dides ? … (Plonk !) … Zzzzz ! Zzzzz ! …

     

    « Boilà, z’est fait, za brille. … Luzette ? … Luzette bous z’êtes là ?... (Alors za,, elle dort ! … Et ben elle a du aboir la drouille ! … J’bais vaire la baisselle boi, on berra za ze zoir ! … Hiiiipppssss !)

     

    « Gibette, vaut baire la grèche ! … (Plonk !) … Zzzzzzzzz !

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    DRIIIIIIINNNNN ! … DRIIIIINNNNNN ! … DRIIIIIINNNN ! … DRIII … !

     

    « Allo ?

     

    « Allo Lucette ?

     

    « Oui Ginette, c’est moi.

     

    « Ah bon ?

     

    « Ben oui Ginette, vous avez du faire mon numéro, du coup c’est moi qui répond. A moins quevous vous soyez trompée.

     

    « Non non Lucette, c’est bien vous que jevoulais.

     

    « Bon et bien c’est moi ? Que puis-je pour vous Ginette ?

     

    « Ah c’est vous, alors je voudrais savoir ce que vous faites pour les fêtes Lucette.

     

    « Et ben Ginette, comme tout le monde, je fête Noël et pis après ça sera la bonne année. Voilà.

     

    « Je le sais ça Lucette, mais …

     

    « Alors pourquoi que vous me le demandez ?

     

    « Pourquoi pourquoi ? M’enfin Lucette, je sais bien que vous allez fêter Noël et la nouvelle année, mais ce que je voudrais savoir, c’est ousque vous allez faire ça.

     

    « Faire quoi ?

     

    « Dites, ça va bien vous ?

     

    « Oui Ginette. Pourquoi ?

     

    « Parce que vos réponse, elles sont pas claires tiens !

     

    « Ah ? … Et ben ça doit êt’mon traitement.

     

    « Votre quoi ?

     

    « Mon traitement Ginette, je suis enrhumée !

     

    « Enrhumée ?

     

    « Oui oui Ginette, avec ce temps, c’est pas étonnant.

     

    « Alors vous avez raison de prendre des grogs.

     

    « Mais je prends pas de drogue Ginette !! Je prends des cachets !

     

    « Vous prenez des cachets ? Comme les stars ?

     

    « Comment ça comme les stars !

     

    « Ben le traitement pour les stars, on appelle ça un cachet Lucette. C’est pas des fonctionnaires.

     

    « Mais ça a rien à voir Ginette ! J’ai pris froid et je suis enrhumée.

     

    « Alors ça c’est normal avec les grogs Lucette.

     

    « Hein ? Les grogs ? …

     

    « Ouais Lucette. Un grog, ça se prépare avec de l’eau chaude, du sucre et du rhum. Alors si vous en avez pris plusieurs, vous êtes enrhumée. Vous êtes groguée. Voilà.

     

    « Comment ça ? Qu’est ce que vous racontez Ginette ?

     

    « Je dis que vous êtes enrhumée, parce que vous avez sûrement mis trop de rhum dans votr’eau chaude ,voilà !

     

    « Mais je prends des cachets que je vous dis ! Pour mon rhume Ginette.

     

    « On dit pas Rume Lucette, on dit «Rome»», comme la ville.

     

    « Ben non, moi j’ai un rhume.

     

    « Un rume, c’est quoi ?

     

    « Ben c’est quand on a le nez qui coule tiens !

     

    « Le nez qui coule ?? … Raaaah oui ! … Oh la la Lucette ! J’ai compris !

     

    « Et ben c’est pas trop tôt.

     

    « Vous êtes enrhumée alors ?

     

    « Oui Ginette, ça fait une heure que je vous le dit !

     

    « Et ben prenez un grog, ça vous fera le plus grand bien.

     

    « Mais ça ira pas avec les cachets ! Le rhum c’est pas bon avec les cachets Ginette.

     

    « Et vos cachets, y font de l’effet ?

     

    « Ben pas encore.

     

    « Alors faites vous un grog, vous verrez ça ira mieux.

     

    « Mais Ginette, j’ai déjà pris des cachets !

     

    « Et ben vous en boirez plus tard. Je vais vous en préparez un moi de grog. Venez à la maison !

     

    « Chez vous de ç’temps là ?

     

    « Ben oui Lucette c’est pour ça que je vous appelle. …

     

    « Ah bon ? Vous saviez déjà que j’étais malade ?

     

    « Meueueuh non Lucette. Vous êtes pas malade, alors comment j’l’aurais su.  Je voulais simplement vous inviter. … Alors ?

     

    « Alors ? Ben alors pourquoi ?

     

    « Et ben pasque si vous faites rien pour la Noël et le jour de l’an, on pourrait se faire des petits graillous toutes les deux. C’est t’y pas une bonne idée ? Quèsqu’vous en dites ?

     

    « Beeeen, ça pourrait être dans les choses du domaine possible Ginette.

     

    « Hein ? Ça veut dire quoi au juste vot’charabia là ?

     

    « Et ben en gros, mon charabiala, ça veut dire que faut que je réfléchisse Ginette.

     

    « Ecoutez bougre de Lucette, si vous êtes malade, vous pouvez pas faire grand-chose, alors je m’occupe de tout, et vous venez passer les fêtes à la maison. Et venez prendre un grog en attendant, je suis en train de préparer les décors. J’ai acheté un sapin.

     

    « Ah ? … Eueueuh ! … D’accord, mais à une condition Ginette.

     

    « Laquelle ?

     

    « J’amène ma crèche de Noël !

     

    « Hein ?

     

    « Oui oui, si vous voulez de moi pour Noël, y faudra prendre le petit Jésus avec !!

     

    « Raaaah ! … Çe que vous êtes intraitable Lucette.

     

    « C’est ça ou rien. Pas de petit Jésus, pas de Lucette, voilà !

     

    « Bon, d’accord. Je vous attends vous et votre petit Jésus ! … A toutà à l’heure.

     

    CLAC !

     

    « (J’l’ai eu la Ginette, cette année, elle aura une crêche. Youpiiiii !)

     

    ***

     

    DRIIINNN ! DRIIIIIIIIIINNNNN !

     

    «( Ah ça, c’est le coup d’sonnette de Lucette. Elle a fait vite la bougresse !) ENTREZ ! C’est ouvert !

     

    « Me voilà Ginette ! Vous êtes où ?

     

    « Dans la salle à manger Lucette, venez !

     

    « Ah mais vous avez déjà installé le sapin je vois !

     

    « Vous êtes observatrice Lucette.

     

    « Ben c'est-à-dire qu’un sapin de cette taille, ça s’remarque Ginette.

     

    « Ouais hein ? J’en ai pris un grand parce que’on va être deux pour le décorer.

     

    « Mais il va jusqu’au plafond !!!

     

    « Ouais, y rentrait tout juste. Maint’nant, il y  a plus qu’a le décorer. Lucette, je compte sur vous.

     

    « Sur moi ? Pourquoi ?

     

    « Ben pour la décoration tiens, vous êtes forte de çe côté-là vous.

     

    « Beeeeen je sais pas si …

     

    « Soyez pas modeste Lucette, quand on voit comment que vous vous habillez, on sait tout de suite qu’on a à faire à une spécialiste des décors de Noël.

     

    « Oooooh, vous me flattez Ginette. »

     

    « Non non Lulu, c’est la vérité. Vous êtes douée pour marier toutes les couleurs. Je vous assure.

     

    « Et ben, je ferai de mon mieux Ginette.

     

    « J’y compte bien Lucette, mais avant, faut prendre vot’ grog. Je vais vous accompagner  pour faire, comment dire. … Précautionneusement ! Voilà !

     

    « Précautionneusement ?

     

    « Ouais, pour pas attraper votre rhume Lucette !

     

    « Ah ? Vous voulez dire préventivement ?

     

    « Si vous voulez. Parce que, moi, quand j’ai le nez qui coule, c’est une vraie fontaine.

     

    « Oui et ça serait ballot d’éclabousser le sapin. Hein Ginette ?

     

    « Ouais. Allez venez à la cuisine !

     

    « Oùce que je pose ma crèche ?

     

    « Collez la là  Lucette, sur le buffet ! … Allez à table, l’eau est chaude.

     

    « Je viens.

     

    « Tiens asseyez vous là.  … Vous prenez du sucre ? Ou du miel.

     

    « Ben dans mon état, vaut pt’êt’mieux les deux … non ?

     

    « Si ! Vous avez raison, je vais faire pareil, et on va prendre double ration de rhum. Comme ça, après, on pourra se mettre au boulot avec entrain. … Allez !

     

    « Top top top  Ginette !!! C’est assez !

     

    « Dit la baleine, je me cache à l’eau ! … Et hop ! Ho ho ho ho !!

     

    « Vous allez bien Ginette ?

     

    « Ho ho ! … Ouiiii, pourquoi ?

     

    « Parce que vous parlez de baleine qui se cache dans l’eau, c’est pour le moins curieux, non ?

     

    « Ho ho ho ! Lucette, vous rigolez pas souvent vous hein ?

     

    « Je vois pas çe qui y a de drôle là d’dans !

     

    « C’est vous ! Ho ho ho !

     

    « Moi qui quoi ?

     

    « Vous qui avez parlé de cétacée Lucette. Ça m’a fait penser à une baleine, voilà.

     

    « Quel rapport ?

     

    « Quoi quel rapport ?

     

    « Ben quel est le rapport entre le fait que j’ai assez de rhum et une baleine.

     

    « Mais vous avez dit : « Cétacée ».

     

    « Moi ? J’ai dit : « Cétacée » ? … Point du tout, j’ai dit : « C’est assez ! »

     

    « C’est bien ce que je dis ! Lucette, vous avez dit : « Cétacée ». Et je me  demande bien pourquoi, pasque ça tombe comme un ch’veu sur la soupe !

     

    « C’est bizarre quand même. J’étais persuadée que j’avais dit : «C’est assez», parce que vous me mettiez trop de rhum Ginette.

     

    « Ooooh c’est pas grave Lucette, c’est vot’rhume qui vous monte au cerveau. Mais le rhum va guérir votre rhume. Allez buvez Lucettte ! Attendez pas que ça refroidisse, sinon ça servira à rien.

     

    « Slurp … ! Aïe ! Ouillouillouille ! C’est chaud ! Ouille !

     

    « Ah ça, on a beau êt’bête, on sent ben quand on s’brûle !

     

    « Vous êtes pas très charitable Ginette, ça fait mal.

     

    « Bah ! Ça va passer Lucette. Vous aurez qu’à prier Saint Paul.

     

    « Saint  Paul ? Pourquoi grands dieux ?

     

    « Pasque saint Paul, ça fait du bien là où ça fait mal ! … Bon c’est pas tout ça, va falloir se mettre au boulot si on veut que les décorations soient prêtes pour le réveillon.

     

    « Oh il y a encore 1 semaine Ginette, on a le temps !

     

    « A condition que vous ne buviez pas tout le temps des grogs. Vous finirez groguée. Allez ouste, on y va !

     

    « Voilà, j’arrive. … pffff ! … Par quoi on commence ?

     

    « Y a qu’à commencer par le haut. Faut aller y mettre l’étoile au bout.

     

    « Et vous voyez ça comment Ginette ?

     

    « Ben je vais vous mettre l’escabeau, et vous allez monter l’accrocher là-haut Lucette. Pendant cetemps là, je le tiendrai, … l’escabeau.

     

    « Moi ? … Mais j’ai le vertige Ginette !

     

    « Le vertige vous ?

     

    « Oui, moi.

     

    « Comment ça vous ? Vous plaisantez ?

     

    « Non Ginettte, j’ai le vertige, j’ai toujours eu le vertige.

     

    « Ah elle est bien bonne celle là ! Vous, Lucette Gaucher, la gamine qui grimpait tout en haut du  mât d’cocagne, et tout ça pour faire voir sa culotte aux garçons !! Vous aviez pas froid aux yeux, ni autre part à cette époque la ! Et vous voulez me faire croire que vous avez l’vertige maintenant  ? A d’autres Lucette ! … Allez zou ! Grimpez là-haut, et en vitesse !

     

    « Roooooh !

     

    « Hep ! L’étoile Lucette ! N’oubliez pas l’étoile.

     

    « Bon, j’y vais, mais tenez bien l’escabeau.

     

    « Pas de problème Lucette, je monte sur la première marche, ça devrait l’lester suffisamment.

     

    « Ah oui , ça c’est sûr, ça me rassure. Merci Ginette.

     

    « Et ben dites donc Lucette, vous n’avez pas changé depuis tout ce temps.

     

    « Hein ?

     

    « Ben vous avez toujours vos cuisse de mouche et vot’culotte qui vous rentre dans la raie des fesses. Comme au bon vieux temps.

     

    « Oh Ginette, je triche un peu.

     

    « Ah ? Comment ça ?

     

    « Ben, … eueueuh, … je met des strings.

     

    « Des stringues ? … C’est pour ça alors, qu’on voit toujours la lune ! Ho ho ho ho ! Heureusement qu’y ’a plus de mât de cocagne ! Ho ho ho !!

     

    « Y en a jamais eu à Noël Ginette.

     

    « Et ben heureusement que l’abbbé Zikle y voit pas ça, il en perdrait ses lunettes ! Ho ho ho ho !

     

    « J’ai fini Ginette, je redescends !

     

    « STOP ! Avant de descendre, pendant que vous êtes perchée là-haut, si vous y mettiez aussi quelques boules !

     

    « Bon d’accord, passez moi z’en 2 ou 3

     

    « Quelles couleurs ?

     

    « N’importe Ginette, ça ira.

     

    « Ah bon ? C’est votre façon à vous de décorer ?

     

    « Ben oui Ginette. Vous m’avez dit de  faire à mon idée. Comme je choisis, et ben passez moi les boules comme elles viennent.

     

    « Comme ça ?

     

    « Oui oui, vous les prenez dans le paquet sans regarder. C’est  comme ça que je choisis moi dans mon armoire pour m’habiller. Alors.

     

    « Ah je comprends mieux. En somme Lucette, vous faites ça à l’instinct.

     

    « Oui, c’est un peu basique, mais ça marche hein Ginette ?

     

    « Ça marche mieux pour le sapin que pour vous surtout !

     

    « Qu’est ce que vous voulez dire Ginette ? … Passez moi encore des boules !

     

    « Ben que vous ressemblez plutôt à un sapin de Noël, et encore, ça dépend de la saison ! … Tiens ces boules là, elles sont comme les boules à Nicou!

     

    « Nicou? …Nicou Cougnette? …

     

    « Vous en connaissez un autre vous de Nicou Lucette ?

     

    « Non Ginette, mais les boules à Nicou, elles sont pas vertes comme ça

     

    « Vertes comme ça,  non, Mais, sales comme ces boules vertes oui. Faut que j’les nettoie !

     

    « Quoi donc ? Les boules à Nicou?

     

    « Mais non espèce de courge, mes boules de Noël !!! Ah je vous jure la Lucette, elle en fera pas d’autres….

     

     

     

    A suivre …

     


    votre commentaire
  • Sans commentaire; mon blog déconne complètement


    4 commentaires