• Ma con ... naissance !

     

          Vous vous rappelez de votre naissance, vous ? Non n’est ce pas ! Et bien moi non plus ! Cela tend à prouver que tous les psy…trucs et tous les psy…choses, plus ou moins atteints de psychose, (et oui, les couillons ils ne le savent pas !), donc, tous ces couillons qui nous disent que la naissance est un traumatisme, (ils parlent même d’un « énôôôrme » traumatisme), n’en savent absolument rien. Personne ne se souvient de ce traumatisme. S’il y en avait un, on s’en souviendrait, non ? … Par contre  c’est sûrement un traumatisme pour les mamans, elles se souviennent de notre naissance, mais elles ne se souviennent pas de la leur. Vous verrez qu’un jour, ils installeront une cellule psychologique pour nouveaux-nés dans les maternités, et ce d’autant plus que l’anesthésie péridurale ne leur a pas permis d’installer une cellule psy pour les mamans !!!

     

          Bon, revenons à ma naissance. En ce 19 novembre, vous ai-je dit que je suis né le jour de la fête nationale de la Principauté de Monaco ? Oui ! Bon, enfin, un petit coucou à Albert. Bref, ce 19 novembre là, dans la nuit, maman fut prise par les premières contractions. On était en 1947, presque la préhistoire des maternités. (Oui, et bien ce n’est pas la peine de rigoler. Je sais que la moyenne d’âge sur les blogs avoisine la puberté, ce n’est pas la peine de croire que je suis gâteux sous prétexte que je vais atteindre l’âge canonique de 69 ans cette année. Non mais ! De mon temps, on respectait les anciens !). Mais je m’égare, je m’égare, et j’ai laissé maman en posture délicate. Donc, dans la nuit, maman ressentit les premières douleurs, on était en 1947, les maternités n’existaient pas, les hôpitaux étaient rares et lointains, surtout quand on habitait un petit village d’à peine 800 âmes. En ce temps là, on accouchait chez soi, aux bons soins du médecin de campagne et de famille par la même occasion. (Tiens, un beau zeugma !). Du coup, Papa appela le toubib, et Maman accoucha à la maison, à l’ancienne avec les linges propres et la bassine d’eau chaude. Pas de péridurale, pas de sage-femme, pas de halètement de chien. (Il n’y avait pas de cours d’accouchement sans douleurs). Comme je l’ai déjà dit, à cette époque, on accouchait « à l’ancienne ». En ce temps là, les femmes expiaient la faute originelle, vous savez ? Dans le temps, au Paradis ? Mais si !! Rappelez vous : la pomme, Adam qui la bouffe, sur les conseils plus ou moins éclairés d’Êve. Et puis Dieu, le patron, fâché qui chasse le couple de chapardeurs du Paradis en fustigeant Êve et lui disant : « Tu enfanteras dans la douleur !! ». (Il ne savait pas le bougre, que 10.000 ans plus tard, un gugusse inventerait la péridurale !!).

     

          Je m’égare encore ! En tout cas, ce matin là, vers 6 heures et demi, Maman mit au monde un très très beau bébé : Moâ ! Je ne garde pas un souvenir extraordinaire de ce jour, J’ai du, comme tout le monde, me retrouver la tête en bas, suspendu dans la main du toubib, et j’ai du recevoir la traditionnelle claque sur les fesses. (La première d’une longue série !). J’ai du crier, non, j’ai du hurler à en faire péter les tympans de mes chers parents, sans oublier le toubib, mais lui il l’avait mérité, c’est lui qui a commencé, c’est lui qui m’a frappé. Non mais ! D’ailleurs, s’il y a un traumatisme à la naissance, c’est sûrement la claque sur les fesses. Parce que l’histoire que racontent les psys… choses, cette histoire que le traumatisme serait dû au passage de la vie intra-utérine, à la vie extra-utérine, c'est-à-dire d’un milieu chaud, douillet, (pas David), et protecteur, à un environnement hostile. Tu parles ! Comme si le nouveau-né savait que cet environnement est hostile. Et puis, ils ne se rappellent pas, mais si on réfléchit un peu, la vie intra-utérine n’est pas si douillette que ça, vous vous imaginez vivre en circuit fermé dans le siphon des toilettes. Le liquide amniotique dans lequel baigne le poupon avant sa naissance regorge des déjections du petit amour, et en plus, il n’a pas intérêt à respirer !! Alors à tout prendre … ! Et puis aux jours d’aujourd’hui, le traumatisme serait plutôt dû au hurlement qui est le premier son qu’entend le nouveau-né, à savoir le fameux : « Poussez Madame ! Poussez Madame ! Poussez ! ». Cette phrase hurlée par une sage-femme hystérique me semble bien plus de nature à traumatiser un nourrisson. Enfin, moi, j’affirme que ce n’est pas la naissance qui m’a traumatisé. C’est probablement autre chose, mais n’anticipons pas.

     

                                                      Emil Antic …(et antédiluvien !)

     

    « Hé les anciens de blogorama !Mes premières années ! »

  • Commentaires

    1
    bébéturbulent
    Mardi 23 Février 2016 à 13:49

    toi, on t'a mis une claque sur les fesse, moi on m'a mis en couveuse à l'hôpital intercommunal de Créteil,

    ( déjà l'intercommunalité ) ah la vache, on y était bien au chaud.

    tout compte fait, j'aurais mieux fait d'y rester.

    2
    Mardi 23 Février 2016 à 14:40

    yescool Un régal cette lecture du début à la fin !jusqu 'au halètement du chien  ! he.je ne connais personne d'autre que toi pour narrer tes histoires et tes jeux de mots. toi aussi, tu as vite fait de remonter la pente ,quand on rit on ne pense plus à ses soucis.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mardi 23 Février 2016 à 21:55

    Si ton âge est canonique, que dire du mien? 83 ans en mars, mon Emile! je vais bien, en mettant de côté les petits maux de l'âge! 

    Quant au traumatisme de ma naissance, je suis sortie du ventre de me maman sans histoire, puisqu'elle ne m'en a jamais parlé, sinon que j'avais un féroce appétit!

    Note que cet évènement s'est passé chez mes grands-parents, où ma mère était allée pour être aidée par les siens!

    Voilà, bel article, comme toujours!

    Gros bisous à toi et à Tsi-tsi!

    Gigi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :