• Liche-potte !

     

    C’est une histoire de famille à la con.

     

          Cette anecdote se passe dans les années 80, je pense. Mais dans les années 1880 !! Ah, je vous ai eus !! Quand je vous disais que je n’étais pas un perdreau de l’année, Hein ? ça vous la coupe ! Je connais aussi des histoires du XIXième siècle !!

     

          Donc, nous sommes vers 1880, peut-être un peu moins, ou peut-être un peu plus, qui sait ? En tout cas, c’est contemporain de mes arrières-arrières-grands-parents. (Ben oui, quand même ! 2 fois «arrières», ça suffit !). Bref ! A cette époque, il y avait, dans la famille, (la mienne, pas celle d’un parrain de la maffia), une paire de cousins que je nommerais Albert et Alphonse. Et voilà, Albert et Alphonse ne s’aimaient pas plus que ça. Cela tenait, semble-t-il au fait qu’Alphonse était…euh ! Comment dire ? …Non, pas un pique-assiettes, non, mais un … euh … «finisseur d’assiettes». C'est-à-dire que lorsqu’il était invité pour un repas, il finissait volontiers tous les plats, il n’en laissait pas une miette !! C’était son travers. Du coup, Albert, son cousin l’avait surnommé : «Liche-potte». Et chaque fois qu’il le rencontrait il lui disait : « Bonjour Liche-potte. » ou encore : « Comment vas-tu, Liche-potte ? ». Ou bien quand il parlait d’Alphonse, il disait : « Liche-potte a fait ceci », ou « Liche-potte a fait cela », « Liche-potte parci », « Liche-potte par là ». « Liche-potte, Liche-potte, Liche-potte ! » A la fin, Liche-potte, … euh, je veux dire, Alphonse en eut marre de se faire traiter de Liche-potte, d’autant que lui, il ne savait peut-être pas pourquoi Albert le surnommait ainsi.

     

          Si bien qu’un jour, Alphonse porta plainte contre Albert pour … je ne sais pas comment on disait à l’époque, mais aujourd’hui, on dit : Harcèlement moral ! (C’est grave docteur ?). … La plainte d’Alphonse fut reçue. Albert fut convoqué devant le tribunal, et il fut condamné… à, outre une amende, il eut l’interdiction, absolue, de traiter Alphonse de «Liche-potte». !!

     

          Et bien Albert s’acquitta de son amende, et … alors, chaque fois qu’il rencontrait Alphonse, il lui disait : « Bonjour Alphonse, comment ça va ? ».  « Et il ajoutait malicieusement : « Tu as entendu ? Je ne t’ai pas appelé «Liche-potte !! »» Ou bien quand il parlait d’Alphonse à quelqu’un il disait : « Alphonse » et il ajoutait toujours : « Vous avez remarqué que je ne l’ai pas appelé «Liche-potte. » Et il déclarait même : « Alphonse, je ne l’appelle plus «Liche-potte» ! ».LOL !

     

    « TNT aide de l'état ! (Pas l'explosif !!)Con's Story : (Chapitre 1 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 15 Mars 2016 à 11:11

    Astucieux et inattaquable ! les surnoms ont parfois la vie dure .je suis certain qu'à la deuxième génération on devait dire : c'est un neveu de l'oncle Alphonse celui qu'on appelait Liche-Potte !

    Bon mardi l'Emil.

    2
    Mardi 15 Mars 2016 à 11:35

     Un drôle de pote... remarque je ne l’appelle pas  liche-potte ! Je suis prudent !

    3
    Mardi 15 Mars 2016 à 16:42

    je ne sais pas si le harcèlement moral est d'époque mais les justiciers étaient plus durs que maintenant. c'est mignon un liche-pottetongue. j'aurais fait  comme Albert, non mais !!!!!!!mad

    4
    bébéturbulent
    Mercredi 16 Mars 2016 à 12:15

    ça a beaucoup changé la justice, maintenant on traite le président de capitaine de pédalo

    et il sourit béatement sans réagir plus que ça : ô tempora, ô mores !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :