• Fantasme, gorre et ... nigme

     

    « Ginette vous êtes là ?

     

    « Ouais Lucette.

     

    « Je peux entrer ?

     

    « Ben oui Lucette, ça me changera les idées. Venez !

     

    « Bonjour Ginette.

     

    « Bonjour.

     

    « Vous parlez d’un temps, y tombent des trombes d’eau.

     

    « Comme vous dites. Ce foutu temps, me sape le moral.

     

    « Ah oui alors, vivement le printemps !

     

    « Je vous le fais pas dire, mais je vous signale quand même qu’on est au printemps Lucette.

     

    « C’est vrai que ça se voit pas.

     

    « Que c’en est déprimant Lucette.

     

    « Pire que ça Ginette, j’ai le moral dans les chaussettes.

     

    « D’autant que de ce temps là, vous portez des collants, et d’une couleur, … que j’ose même pas les regarder !

     

    « Pourquoi ?

     

    « Pasque ça me déprimerait encore plus.

     

    « Oui, c’est vrai que c’est déprimant. Porter des collants fin avril c’est pas le pied.

     

    « Si vous voulez le savoir Lucette, c’est pas tellement les pieds de vos collants qui me dépriment le plus, ça serait plutôt leur couleur caca d’oie.

     

    « Caca d’oie ? … Y sont ocre jaune-vert !

     

    « C’est bien ce que je dis. Alors, si vous voulez mon avis,  vivement le printemps !

     

    « Oui Ginette, vivement le printemps. Je vais pouvoir mettre mon petit chemisier transparent rose fushia, ma mini-jupe vert-luciole et mes tongs bleu-marine ! … Le pied quoi !

     

    « Arrêtez Lucette ! Vous me déprimez encore plus.

     

    « Pourquoi ?

     

    « Pasque j’aime pas Picasso !

     

    « Quèsque picasso vient faire là-dedans Ginette ?

     

    « Et ben vous aurez qu’à vous regarder dans  … une glace ! … Pasque je suppose que vous mettrez aussi votre inévitable stringue jaune fluo, çui que vous portiez à l’inauguration des cloches, et du petit Jésus de Potinville.

     

    « Le petit Jésus ? Quel petit Jésus ?

     

    « Ben çui qu’a le vert tiens !

     

    « M’enfin Ginette, y avait pas Jésus sur le calvaire du Peu-Mochat !

     

    « Peu importe Lucette, au printemps, comme d’habitude, vous vous déguisez en Picasso, que dis-je en Picasso, … en picassiette.

     

    « Hein ? Moi ? Une pique-assiette ? Mais j’ai jamais quémandé quelque chose Ginette.

     

    « Non ! Mais vous êtes bariolée comme une femme de Picasso au printemps. Et si j’attends le printemps avec impatience, je redoute votre accoutrement, … eueueueuh, printannier.

     

    « Pourquoi ça Ginette ?

     

    « Parce que madame Lucette, outre que vous mettez n’importe quoi comme couleur de vêtement, cette année, vu qu’on a pas vu le soleil, vous aurez le teint blême.

     

    « Ben ça j’y peux rien !

     

    « Oui je vous l’accorde, mais vous allez mettre un rouge à lèvres tellement rouge, …

     

    « Ben c’est normal pour un rouge à lèvres Ginette !

     

    « Ouais ! Mais vous Lucette, vous vous en mettez tellement, et en plus la couleur est tellement  rouge qu’on croira que vous avez pris un pain dans la goule ! … Vous aurez l’air, … eueueuh, …gore !

     

    « L’air quoi ?

     

    « Gore Lucette !

     

    « Et ça veut dire quoi ça ?

     

    « Ben ça veut dire que, … eueueueh, … ça veut bien dire ce que ça veut dire !

     

    « Oui, je vois. Vous savez pas !

     

    « Si ! Je savais ! … Mais ça me reviens pas. … Aaaah si ! ça veut dire que vous serez ensanglantée. Comme les vamps, mais en pire quoi ! Voilà !

     

    « Et ben justement Ginette.

     

    « Comment ça justement ?

     

    « Si je me mets en valeur par des couleurs vives au printemps, c’est pour attirer les regards.

     

    « Les regards ? Les regards de quoi ? Des peintres abstraits ?

     

    « Pourquoi pas si ce sont des hommes Ginette.

     

    « Des hommes ? Quels hommes Lucette ?

     

    « Ben tous les hommes Ginette. N’importe lesquels.

     

    « Raaaaah ! Vous voulez draguer à présent ! Et ben vous risquez d’être déçue ma pauvre Lucette. Tout ça risque de rester du domaine du fantasme. Et avec votre look, ça sera un fantasme à gorique !

     

    « Oui, peut-être, mais au moins on me remarquera ! C’est pas comme si je ressemblais à une feuille morte sur laquelle on marche parce qu’on ne la voit pas.

     

    « C’est quoi cette histoire de feuille morte ?

     

    « Rien rien Ginette. Mais on marche sur les feuilles mortes.

     

    « N’importe quoi la Lucette ! … En tout cas, avec votre dégaine et votre look, Picasso, il aurait fait votre portrait, il aurait été ressemblant ! Ho ho ho ho !!!

     

    « Ah ? Et ben si Dali, il avait fait le vôtre, il vous ressemblerait aussi.

     

    « Dali ? C’est qui celui là ?

     

    « Un moustachu qui a peint des montres molles ! Hi hi hi hi !

     

    « Des montres molles ? Y peignait avec ses moustaches ou quoi ? … Des montres molles ça existe pas.

     

    « Mais des molles, si !

     

    « Quèsque vous voulez dire par là ?

     

    « Par là, pas grand-chose, mais par ici, de grosses choses ! Hi hi hi hi !

     

    « Décidément, la Lucette, elle est fantasmagorénigmatique !

     

    « Cons's Story : Chapitre 15 !Cons's Story : Chapitre 16 ! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Avril 2016 à 18:48

    Fantasmagorénigmatique ! Ca c"est un mot à la Dali qui considérait la gare de Perpignan comme le centre du monde.

    J'avoue que j'aimais les conférences de presse de Dali qui valaient leur pesant d'or et amanda lear a été sa muse aussi.....

    Bonne fin de soirée.

    2
    Lundi 4 Avril 2016 à 08:36

    C'est l'amour vache en se début de printemps

    Amicalement

    Claude

    3
    Lundi 4 Avril 2016 à 10:31

    joli mot que le dernier !Il est dans le nouveau dico ?happy déjà que les filles ne sont pas douées en français ! ah Dali et ses moustaches ! c'est tout ce que j'en retiens, ses peintures et ses parlottes à la c.. me laissent froide, sa muse aussi, je n'ose dire ce que j'en pense ! Serais-je comme Gigi et Lulu ? on ne reconnait pas certaines beautés de ce monde ?yes

    4
    Lundi 4 Avril 2016 à 16:11

    Entre le Picasso de printemps et Dali c'est très culturel ce dialogue! En terminant par un néologisme hardi! On aura tout vu!

    Bises

    Gigi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :