• Cons' Story : Chapitre 18 !

     

    CHAPITRE 18.

     

     

     

                La Guerre, encore la guerre, toujours la guerre. Hé oui, cent ans c’est long !!

     

          Donc, ce pauvre Philippe 6 de Valois meurt de la peste. On se tourne vers son fils, et on crie : « vive le roi Jean !! ». Le fils aîné de P6 se nommait Jean. On l’appellera Jean 2, le bon. (« Jean le bon … Jean le Bon ???  Mais pas de Bayonne, ni de Paris !! » me dit tsitsi, mon épouse bien aimée). Mais non, ça n’est pas Jean le bon de Bayonne, c’est Jean 2 roi de France, et de Navarre, n’oublions pas, et ce de 1350 à 1364.

     

          Alors, lui, il a eu une vie « pidante », mais alors, « très pidante ». Et ça a commencé par son mariage avec une nommée « Bonne de Luxembourg », (ça ne s’invente pas d’avoir une bobonne qui s’appelle Bonne), Jean le bon et Bonne de Luxembourg !!! (C’est dans le dico !!! C’est donc le couple : « Bon-Bonne »).

     

          Il continua l’œuvre de papa, il combattit les Anglais, enfin plus con que battit, puisqu’il fut vaincu par le prince noir à Poitiers. (On ne peut pas toujours gagner à Poitiers). C’est lors de cette bataille, alors que Jean et l’un de ses fils étaient encerclés par l’ennemi et qu’ils se défendaient avec acharnement et à coups d’épée, que le fils a dit à son père ces mots restés célèbres dans l’histoire de France : « Père ! Gardez vous à droite !! Père ! Gardez vous à gauche !! ». (A moins que ce ne soit le contraire). … Toujours est-il que, vaincus,  le père et le fils furent emmenés prisonniers à Londres. Ils n’avaient donc su, ni l’un ni l’autre, se garder ni de la gauche, ni de la droite !! (Ils étaient peut-être nuls en politique !).

     

          C’est à  ce moment là qu’éclate, à Paris, une révolte fomentée par un nommé : Marcel, … eueueuh, Etienne, à moins que ça soit Etienne  Marcel. (Il y a une rue et une station de métro à ce nom, ça doit être un mec connu.). La révolte, c’était la « Jacquerie ». (je me renseignerai pour savoir de quoi il retournait.).

     

          C’est alors que se produisit un évènement rare, et même rarissime. Les Anglais libérèrent le roi Jean, pour lui permettre d’aller régler le problème à Paris, mais ils gardèrent son fils en otage. (Pas si cons que ça les English !). Et Jean  a réussit à régler le problème.

     

          Pendant ce temps là, le fiston resté à Londres, s’activait, et il finit par s’évader. Là, on se dit que les « Bons » on réussit à baiser les Anglais, hein ? Et bien figurez vous que Jean 2, avait donné sa parole qu’on ne tenterait rien pendant sa « libération provisoire ». Aussi, quand il apprit que son rejeton s’était évadé, il retourna à Londres pour reprendre sa place de prisonnier. (Alors ça, ça vous la coupe hein ?? (C’est pas les hommes politiques d’aujourd’hui qui feraient ça : respecter sa parole.). Du coup, ce pauvre Jean bon mourut à Londres en 1364.

     

          Auparavant, (pas chinois, on ne connaissait pas la Chine à c’ette époque là), pendant son séjour en France, il avait donné, à un de ses autres fils, nommé Philippe le hardi), … (Encore ? Y en a déjà eu un de ce nom,non ? On devait manquer d’idée pour les noms en ce temps là ! On aurait pu le nommer , … je sais pas moi, le Osé, ou le Gonflé ou encore le Couillu ?). Bref, Jean Bon lui avait donné le duché de Bourgogne. Mais ça, il aurait mieux fait de le garder dans le royaume, ça aurait évité des déboires aux futurs rois de France avec les bourguignons.

     

    Enfin bon, Le roi est mort, vive le roi !!! On passe à la suite.

     

          Donc, en 1364, Charles 5 (le Sage), succède à son père. Il avait de l’expérience puisqu’il avait été régent pendant la captivité de papa, et qu’il s’était occupé du gouverneur de Paris : le fameux Etienne Marcel. Puis Charles le 5ième  a eu des ennuis avec un intrigant, un certain Charles le Mauvais, (et oui, tous les Charles ne sont pas forcément bons), à qui il a imposé la paix. Il faut dire qu’il avait été bien aidé par le connétable Du Guesclin, qui avait foutu la pâtée au « Mauvais Charlot. ». En outre, il a viré les « grandes compagnies » du royaume. Il me semble que ces « compagnies » étaient des bandes d’anciens soldats qui n’ayant pas été payés, s’étaient mués en brigands. Vous avez vu ce style ? On dirait du Victor Hugo !!.

     

          Coté guerre de Cent ans, le règne de Charles 5 fut plutôt encourageant. Bien aidé par Du Guesclin, Clisson et Boucicault, Charles reprit presque toutes les provinces prises par ces maudits Anglais.

     

          A propos du connétable Du Guesclin, j’ai le souvenir d’un homme trapu, et râblé, très courageux, payant lui-même de sa personne durant les batailles. Mais ce que j’ai retenu des cours d’histoires que j’ai eus sur Du Guesclin, c’est …sa coupe de cheveux !. Une magnifique « coupe au bol. » Mon père m’avait expliqué, à l’époque, (des cours d’histoire, pas à l’époque de la guerre de cent ans), que cette coupe de cheveux se pratiquait en mettant sur la tête du récipiendaire, un bol ! Et qu’ensuite, il suffisait de couper tous les cheveux qui dépassaient !!! Cela donnait un résultat, …disons,…surprenant. !!

     

          Et puis, un jour de 1380, ce vieux Charles 5 s’éteignit comme une vieille chandelle. Comme d’habitude : « 5 est mort, vive 6 ». C’est une période ou les rois s’appelaient Charles, et qui plus est, de père en fils. Donc du coup, Charles 6 succède à papa Charles 5. (c’est beau la chronologie !). Seulement le problème, c’est que Charles 6  était trop jeune pour gouverner au début, alors il y eut la tutelle des tontons, pas flingueurs, mais voleurs. Hé oui, ces tontons qui ne devaient rester à la tête du royaume que jusqu’à ce  que le petit Charles devienne grand, profitèrent de cet intermède pour dilapider (moi je dirais piller), le trésor. (C’est bien tout les hommes politiques ça !!).

     

          Mais un jour « petit Charles » devint grand, et il vira vite fait bien fait, les tontons. (Non mais !!). Il les remplaça par les « Marmousets » (1) … ?? … !! (je me renseigne, les gars !).

     

    1. – Marmouset : (ou homme de peu). Nom sous lequel on désignait les conseillers de Charles 5.

        Donc, le Charles 6 reprit les conseillers de papa, Clisson, Montagu, etc, qui étaient de bons conseilleurs. Ce fut une période où il fit bon vivre au royaume de France. Cela lui valut le surnom de Charles 6 le bien aimé.

            Malheureusement, cela ne dura guère car un beau matin, lors d’une partie de chasse en

      forêt du Mans, (Sarthe) : A cette époque, il n’y avait ni département, ni 24 heures, le roi devint fou. Il s’était cogné la tête contre une basse branche. Mais aussi pourquoi ne regardait-il  pas devant lui, ce couillon ?? (Ah la la  J’vous jure !!!) Du coup, c’est sa donzelle, Isabeau de Bavière, qui gouverna à sa place. Mais que fit la loi salique ?. Parce qu’alors elle, elle passa des Armagnac alliés du royaume de France, aux Bourguignons les comparses, eux, des Anglais. (ça commence. … Rappelez vous que je vous avais dit qu’on aurait des emmerdements avec les bourguignons. Le duc était un des tontons…).

      Et, cette salope, livra la France aux Anglais … !!! Vous le croyez, ça ??? N’oublions pas que cette saleté s’appelait : Isabeau de Bavière …. (Un présage peut-être ?)

      A suivre … (suspense !).

       

      Demain : Charles 7 et Jeanne d’Arc. (Tout un programme !!).

     

    CHAPITRE 18.

     

     

     

                La Guerre, encore la guerre, toujours la guerre. Hé oui, cent ans c’est long !!

     

          Donc, ce pauvre Philippe 6 de Valois meurt de la peste. On se tourne vers son fils, et on crie : « vive le roi Jean !! ». Le fils aîné de P6 se nommait Jean. On l’appellera Jean 2, le bon. (« Jean le bon … Jean le Bon ???  Mais pas de Bayonne, ni de Paris !! » me dit tsitsi, mon épouse bien aimée). Mais non, ça n’est pas Jean le bon de Bayonne, c’est Jean 2 roi de France, et de Navarre, n’oublions pas, et ce de 1350 à 1364.

     

          Alors, lui, il a eu une vie « pidante », mais alors, « très pidante ». Et ça a commencé par son mariage avec une nommée « Bonne de Luxembourg », (ça ne s’invente pas d’avoir une bobonne qui s’appelle Bonne), Jean le bon et Bonne de Luxembourg !!! (C’est dans le dico !!! C’est donc le couple : « Bon-Bonne »).

     

          Il continua l’œuvre de papa, il combattit les Anglais, enfin plus con que battit, puisqu’il fut vaincu par le prince noir à Poitiers. (On ne peut pas toujours gagner à Poitiers). C’est lors de cette bataille, alors que Jean et l’un de ses fils étaient encerclés par l’ennemi et qu’ils se défendaient avec acharnement et à coups d’épée, que le fils a dit à son père ces mots restés célèbres dans l’histoire de France : « Père ! Gardez vous à droite !! Père ! Gardez vous à gauche !! ». (A moins que ce ne soit le contraire). … Toujours est-il que, vaincus,  le père et le fils furent emmenés prisonniers à Londres. Ils n’avaient donc su, ni l’un ni l’autre, se garder ni de la gauche, ni de la droite !! (Ils étaient peut-être nuls en politique !).

     

          C’est à  ce moment là qu’éclate, à Paris, une révolte fomentée par un nommé : Marcel, … eueueuh, Etienne, à moins que ça soit Etienne  Marcel. (Il y a une rue et une station de métro à ce nom, ça doit être un mec connu.). La révolte, c’était la « Jacquerie ». (je me renseignerai pour savoir de quoi il retournait.).

     

          C’est alors que se produisit un évènement rare, et même rarissime. Les Anglais libérèrent le roi Jean, pour lui permettre d’aller régler le problème à Paris, mais ils gardèrent son fils en otage. (Pas si cons que ça les English !). Et Jean  a réussit à régler le problème.

     

          Pendant ce temps là, le fiston resté à Londres, s’activait, et il finit par s’évader. Là, on se dit que les « Bons » on réussit à baiser les Anglais, hein ? Et bien figurez vous que Jean 2, avait donné sa parole qu’on ne tenterait rien pendant sa « libération provisoire ». Aussi, quand il apprit que son rejeton s’était évadé, il retourna à Londres pour reprendre sa place de prisonnier. (Alors ça, ça vous la coupe hein ?? (C’est pas les hommes politiques d’aujourd’hui qui feraient ça : respecter sa parole.). Du coup, ce pauvre Jean bon mourut à Londres en 1364.

     

          Auparavant, (pas chinois, on ne connaissait pas la Chine à c’ette époque là), pendant son séjour en France, il avait donné, à un de ses autres fils, nommé Philippe le hardi), … (Encore ? Y en a déjà eu un de ce nom,non ? On devait manquer d’idée pour les noms en ce temps là ! On aurait pu le nommer , … je sais pas moi, le Osé, ou le Gonflé ou encore le Couillu ?). Bref, Jean Bon lui avait donné le duché de Bourgogne. Mais ça, il aurait mieux fait de le garder dans le royaume, ça aurait évité des déboires aux futurs rois de France avec les bourguignons.

     

    Enfin bon, Le roi est mort, vive le roi !!! On passe à la suite.

     

          Donc, en 1364, Charles 5 (le Sage), succède à son père. Il avait de l’expérience puisqu’il avait été régent pendant la captivité de papa, et qu’il s’était occupé du gouverneur de Paris : le fameux Etienne Marcel. Puis Charles le 5ième  a eu des ennuis avec un intrigant, un certain Charles le Mauvais, (et oui, tous les Charles ne sont pas forcément bons), à qui il a imposé la paix. Il faut dire qu’il avait été bien aidé par le connétable Du Guesclin, qui avait foutu la pâtée au « Mauvais Charlot. ». En outre, il a viré les « grandes compagnies » du royaume. Il me semble que ces « compagnies » étaient des bandes d’anciens soldats qui n’ayant pas été payés, s’étaient mués en brigands. Vous avez vu ce style ? On dirait du Victor Hugo !!.

     

          Coté guerre de Cent ans, le règne de Charles 5 fut plutôt encourageant. Bien aidé par Du Guesclin, Clisson et Boucicault, Charles reprit presque toutes les provinces prises par ces maudits Anglais.

     

          A propos du connétable Du Guesclin, j’ai le souvenir d’un homme trapu, et râblé, très courageux, payant lui-même de sa personne durant les batailles. Mais ce que j’ai retenu des cours d’histoires que j’ai eus sur Du Guesclin, c’est …sa coupe de cheveux !. Une magnifique « coupe au bol. » Mon père m’avait expliqué, à l’époque, (des cours d’histoire, pas à l’époque de la guerre de cent ans), que cette coupe de cheveux se pratiquait en mettant sur la tête du récipiendaire, un bol ! Et qu’ensuite, il suffisait de couper tous les cheveux qui dépassaient !!! Cela donnait un résultat, …disons,…surprenant. !!

     

          Et puis, un jour de 1380, ce vieux Charles 5 s’éteignit comme une vieille chandelle. Comme d’habitude : « 5 est mort, vive 6 ». C’est une période ou les rois s’appelaient Charles, et qui plus est, de père en fils. Donc du coup, Charles 6 succède à papa Charles 5. (c’est beau la chronologie !). Seulement le problème, c’est que Charles 6  était trop jeune pour gouverner au début, alors il y eut la tutelle des tontons, pas flingueurs, mais voleurs. Hé oui, ces tontons qui ne devaient rester à la tête du royaume que jusqu’à ce  que le petit Charles devienne grand, profitèrent de cet intermède pour dilapider (moi je dirais piller), le trésor. (C’est bien tout les hommes politiques ça !!).

     

          Mais un jour « petit Charles » devint grand, et il vira vite fait bien fait, les tontons. (Non mais !!). Il les remplaça par les « Marmousets » (1) … ?? … !! (je me renseigne, les gars !).

     

    1. – Marmouset : (ou homme de peu). Nom sous lequel on désignait les conseillers de Charles 5.

        Donc, le Charles 6 reprit les conseillers de papa, Clisson, Montagu, etc, qui étaient de bons conseilleurs. Ce fut une période où il fit bon vivre au royaume de France. Cela lui valut le surnom de Charles 6 le bien aimé.

            Malheureusement, cela ne dura guère car un beau matin, lors d’une partie de chasse en

      forêt du Mans, (Sarthe) : A cette époque, il n’y avait ni département, ni 24 heures, le roi devint fou. Il s’était cogné la tête contre une basse branche. Mais aussi pourquoi ne regardait-il  pas devant lui, ce couillon ?? (Ah la la  J’vous jure !!!) Du coup, c’est sa donzelle, Isabeau de Bavière, qui gouverna à sa place. Mais que fit la loi salique ?. Parce qu’alors elle, elle passa des Armagnac alliés du royaume de France, aux Bourguignons les comparses, eux, des Anglais. (ça commence. … Rappelez vous que je vous avais dit qu’on aurait des emmerdements avec les bourguignons. Le duc était un des tontons…).

      Et, cette salope, livra la France aux Anglais … !!! Vous le croyez, ça ??? N’oublions pas que cette saleté s’appelait : Isabeau de Bavière …. (Un présage peut-être ?)

      A suivre … (suspense !).

       

      Demain : Charles 7 et Jeanne d’Arc. (Tout un programme !!).

     

    « Foutue TnT !Cons's Story : Chapitre 19 ! »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Avril 2016 à 11:11

    pas de bol d'avoir une coupe au bol. Dans les "visiteurs" dont on fait beaucoup de publicité en ce moment jeanReno en a une superbe !

    Enfin tous ces chevaliers avaient quand même une trépidante comme tu dis.

    Bonne journée.

    2
    Mercredi 6 Avril 2016 à 12:56

    bonjour émile

    quelle époque le vie était dur , alors et tes chaussures je suis resté la dessus moi

    tu as trouvé un truc pour ne pas tomber dedans

    tu sais je comprend car j 'ai des yeux pas possible on verra bien plus tard

    pti bisous mes amitiés

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mercredi 6 Avril 2016 à 16:12

    J'en ai la tête qui tourne, Jean par-ci, Jean par-là, mauvais ou bon... L'histoire des Rois de France, contée de cette façon, ça passe.

    Erwin 

    4
    Mercredi 6 Avril 2016 à 16:36

    Je reconnais que les Jean me brouillent l'entendement, les Philippe avaient commencé, les autres m'ont m'achever! Mais je tiens bon!

    J'aime l'histoire, surtout celle-là!

    Alors mon Emil, fais des recherches et refais-les nous à la sauce Emil!!

    Bien des bisouGigi

    5
    Jeudi 7 Avril 2016 à 08:03

    Je vois qu'ils te font tous perdre la tête, c'est un peu tôt dans l'histoire, tu radotes ou tu deviens gatouilleux, voila que tu mets ton article deux fois de suite, peut être avais tu peur qu'on ne comprenne pas à la première lecture, alors une petite révision du temps que c'est frais ne fait pas de mal. Bon on va attendre Jeanne, je sens que cette pucelle va faire causer dans les chaumières

    Amicalement

    Claude

    6
    bébéturbulent
    Jeudi 7 Avril 2016 à 11:14

    Isabeau, tu parles d'un prénom pour une femme, plutôt louche tout ça,

    et la Jacquerie, peut-être le début de la jaquette flottante, période trouble je trouve.

    7
    Jeudi 7 Avril 2016 à 18:39

    je vais aller vérifier sur le dico , je trouve que les Bon-bonnes c'est un peu.....forthappy.

    on en voit encore qui ont la coupe de cheveux au bol ( des illuminés !! ou qui ont lu tes histoires )money

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :