• Cons's Story : Chapitre 8 !

     

    CHAPITRE 8 : La « Con-Antiquité » :les Romains. (2 :L’Empire Romain).

     

     

     

           Avant d’attaquer l’histoire de l’empire romain, un mot sur la mythologie romaine. Nos amis romains ne se sont pas cassé la nénette pour se trouver une religion, ils ont tout simplement copié les « Hellènes » (c’est comme ça qu’on appelle les Grecs). Ils ont donc inventé le plagiat.

     

            Et voilà un aperçu de ce que ça a donné. Le Zeus des Grecs est devenu Jupiter, Arès c’est Mars (la guerre).  Il y avait Vulcain qui forgeait les armes sous l’Etna, Hermès (pas les sacs) c’est Mercure, et puis ils ont Saturne, Neptune, et bien d’autres. Quelques déesses : Vénus, Minerve (c’est pas la déesse des accidentés !) etc etc … Et puis ils ont un demi-dieu, Hercule, le fils de Jupiter et d’une mortelle, je ne sais plus qui, peut-être Léda, une donzelle que Jupiter a dragué sous la forme d’un cygne. Les dieux n’ont pas peur de la grippe aviaire !. Bref, cet Hercule c’est un sacré «mec », (il a tué 2 serpents dans son berceau), un bosseur, un type qui a fait 12 travaux seulement, mais il faut voir lesquels. Citons en quelques uns : il a tué le lion de Némée, il a rattrapé à la course la biche aux pieds d’airain, il a nettoyé les écuries d’Augias en y faisant passer le fleuve Styx, il a cueilli les pommes d’or du jardin des Hespérides, il a tué l’hydre de Lerne … etc … etc. Etc bien d’autres choses encore, exactement comme Héraclès son homologue Hellène. A cette époque les dieux et les demi-dieux n’étaient pas des feignants !!

     

     

     

          Bon, revenons à nos mortels.

     

    A la fin de la république romaine, 3 hommes se partageaient le pouvoir : Crassus, qui était aussi propre que les autres, Pompée, qui était bien chaussé, et César (sans Marius). On a appelé ça un triumvirat.

     

          Après des problèmes avec la bande à Astérix et Obélix, César vainquit les Gaulois à Alésia en 52 avant J.C. (Jésus Christ, pas Jean Chauveau : un copain à moi). Et il décida de rentrer à Rome pour y faire un triomphe comme on en faisait à l’époque avec les prisonniers attachés aux chars, les lauriers sur la tête (à la César), passage sous l’arc et tout et tout et tout. Mais il était interdit à un général (fût-il vainqueur) d’entrer dans la ville avec son armée : il devait laisser son armée au delà du Rubicon, petit ruisseau qui séparait la « Gaule transalpine », (de cheval), de la campagne romaine. On ne voulut donc pas que César fît son triomphe dans Rome, il n’était pas question de passe-droit, même pour un « César ». Celui ci, vexé, devint rubis et con à la fois, prononça la phrase qui le rendit célèbre : « Alea jacta est », (c’est à dire : le sort en est jeté ! et non pas allez jacter à l’est !), puis il franchit le Rubicon avec son armée, et alla faire son triomphe dans Rome, il en profita pour virer ses 2 acolytes et prendre tout seul le pouvoir. Na ! Il inventa donc le coup d’état, et dans la foulée : l’Empire.

     

           Mais tout cela n’allait pas durer longtemps, puisqu’en 44 avant J.C. (pas Jules Clermont, un nain connu), ce vieux César fut assassiné par des conjurés, dont son fils adoptif Brutus. C’est ce jour là que César prononça son fameux : « Tu quoque filii ! » (Toi aussi mon fils !), avant de mourir. C’était pendant les « Ides de Mars ». (bof !)

     

    Les con-jurés venaient d’inventer l’assassinat politique, c’est souvent ainsi que vont finir les empereurs romains.

     

          Après Jules il y eut encore une bagarre pour devenir empereur principalement entre un nommé Octave et un certain Marc Antoine. Ce Marc Antoine fit un tour en Egypte, où il devint le concubin de la reine du moment : Cléopâtre. (C’est son nom, et non pas une prise de catch sur un berger. Vous avez lu ou vu le film d’Astérix). Toujours est-il que Cléo, (nous sommes assez intimes pour que je l’appelle Cléo), retint Marc Antoine en Egypte ce qui permit à Octave de prendre, seul, le pouvoir à Rome. Car quand Marco Tonio revint par bateau, le gars Octave l’attendait à Actium, et là eut lieu l’une des premières batailles navales (encore une invention romaine), et, une fois B5, H5 et N1 coulés ce fut la défaite pour ce pauvre Marc Antoine. Octave, vainqueur, devint empereur de Rome et changea son nom d’Octave qui ne lui plaisait sans doute pas, en Auguste. (Il inventa ainsi le mois d’août, et peut-être les vacances. (Sait-on jamais).

     

          C’est sous le règne d’Auguste (pas le clown, l’empereur) que Rome connut son apogée. L’empire s’agrandit, on colonisa presque toute l’Europe, et même jusqu’en Palestine d’où partira le commencement de la fin avec la naissance, en l’an zéro, d’un petit gars qui va révolutionner le monde. Mais n’anticipons pas.

     

          Donc, ce brave Auguste devient le chef suprême du monde connu, et, puisque le peuple romain est en paix, et qu’il s’ennuie, on invente des trucs pour le distraire : les orgies, et les jeux du cirque. Quelqu’un avait dit : « pour que le peuple ne s’ennuie pas et qu’il soit tranquille il lui faut du pain et des jeux ! » En latin : « Panem et circenses » que mon père avait traduit par : «du pain et des saucisses», en cours de latin à Saint Nicolas un collège d’Issy les Moulineaux. (Rien à voir avec un ancien coureur cycliste qui y aurait vendu des moules !). Bref, on inventa donc le Colisée, les arènes, les écoles de gladiateurs que l’on remplit de prisonniers venus des colonies, et l’on s’amusa souvent à regarder les courses de char, (l’ancêtre de la formule 1), et les combats à mort des rétiaires contre les mirmidons. Pour ce qui concerne ces derniers, on s’amusait à les épargner ou à les faire mourir, soit en levant, soit en abaissant le pouce. (C’était fort amusant ! N’était-il pas Ma chère ?). Il faut dire que le peuple s’ennuyait ferme, vu qu’à la maison, dans les ateliers ou dans les champs, on ne foutait rien quand on était un citoyen romain. On avait inventé les esclaves, des espèces de machines humaines qui faisaient tout à votre place. (c’était bien pratique ! N’était-il pas Ma chère ?) …… Oui oui oui, profitez-en bien ! Car, là-bas, en Palestine, le petit gars grandit .… (Nous verrons son histoire dans un chapitre spécial).

     

          Après la mort d’Auguste, il y eut une période d’empereurs fous et sanguinaires alternant avec des périodes d’empereurs qui l’étaient un peu moins. Quelques noms : Caligula, le  dingue qui, se prenant pour un dieu, planta un glaive dans le bide de sa sœur qu’il croyait immortelle comme lui. (Malin le gars, il essaya d’abord l’immortalité sur sa sœur !!).  Il y eut Tibère, ou encore Néron un couillon qui se croyait poète et musicien et mit le feu à Rome pour retrouver l’inspiration ; Claude, un empereur timoré, et puis d’autres encore comme Marc-Aurèle ou Trajan et un qui a laissé son nom à une invention qui révolutionna les cités : Vespasien. (On lui doit les pissoirs publics !). Il y eut d’autres empereurs, plus ou moins tombés dans l’oubli.

     

          Et puis, comme toutes les dictatures, l’empire romain inventa une belle chose, la décadence « des Tyrannies », suivie de leur chute.

     

           Enfin un mot sur un évènement qui arriva à cette période : l’éruption du Vésuve en 79 après JC, le « p’tit gars » ! Ce fut sans doute la première grande catastrophe sismique qui fit autant de victimes. Pompéï et Herculanum, les deux villes situées au pied du volcan, furent englouties par les cendres et la lave. Vous pouvez voir cette « cata dans le film : les derniers jours de Pompéï, une super production américaine. Ou bien lisez le récit de Pline, le témoin oculaire de la catastrophe. (Je ne sais plus si c’est l’Ancien ou le Jeune, je vais me renseigner).

     

    Renseignements pris, c’est Pline l’Ancien mais dans mon dictionnaire on ne dit pas s’il a eu le temps de raconter, car il est mort en tentant de porter secours aux habitants d’Herculanum avec sa flotte. (Il commandait la flotte de Mycène) et c’est le jeune qui raconta.

     

          Et puis finalement l’empire romain tomba en décrépitude, et s’éteignit un jour comme une bougie que l’on souffle. Du moins j’imagine et il vous faudra vous contenter, comme moi, de cette explication, ma mémoire ne sait plus. … Peut-être les barbares. …

     

    A suivre …

     

     

     

    « Con's Story : Chapitre 7 !La semaine, sainte ... Lucette ! »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Mars 2016 à 11:29

    Te fâche pas, mais à mon goût ça commence à être un peu long...

    Erwin  

    2
    Vendredi 25 Mars 2016 à 15:21

    Grandeur et décadence de l'empire Romain.Mais les traces qu'il laissa sont encore visibles et bien visibles à notre époque.

    Ces empereurs s'entretuaient mais c'étaient des bâtisseurs.

    Bonnes fêtes de Pâques à Tsi Tsi et à toi.

    3
    Vendredi 25 Mars 2016 à 18:39

    je ne me souvenais pas que tant de  choses étaient arrivées avant celui que tu n e cites pas mais .....je crois avoir deviné. ! mdr

    4
    Samedi 26 Mars 2016 à 06:29

    Tu me rafraîchis la mémoire car cette période, je l'ai très peu vue au lycée et vue à travers tes yeux, elle est beaucoup plus sympathique!

    bises

    Gigi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :