• Cons's Story : Chapitre 56 !

     

    CHAPITRE 56.

     

     

     

          Palsambleu, me voilà devant les années trente, ça ne va pas être très gai de raconter cette période, d’autant plus que je ne sais pas trop la chronologie des évènements. Mais je vais essayer de me débrouiller avec ma mémoire incertaine. (Hé oui, ça arrive !). Alors allons-y, d’autant que coté conneries, la période est riche.

     

          Donc, au début des années trente, l’Allemagne est quasiment ruinée par la crise et les dettes de guerre. Du coup le terrain est propice à toutes les exactions, et certains s’y emploient, notamment un caporal de la wehrmacht qui n’a jamais accepté le traité de Versailles, j’ai nommé Adolf Hitler. (Brrrrrrrrr ! rien que de l’écrire, ça fait peur !). Ce petit bonhomme, avait écrit un livre que si tu le lis, tu as l’impression de lire tout Sartre : tu as à la fois la ‘Nausée’ et les ‘Mains sales’. … Et dans ce livre, en gros, il dit qu’il a un destin pour l’Allemagne, et décrit ce qu’il compte faire et comment il va le faire. (Il y a des hommes d’état qui aurait dû le lire, le «petit livre noir» intitulé : Mein Kampf, c'est-à-dire en français : Mon combat ! . Mais bon !). Nous verrons qu’il fera très exactement ce qu’il avait écrit. Il va diriger l’Allemagne de 1933 à 1945.

     

          Pendant ce temps là, chez nous, en deçà du Rhin, on avait élu Joseph Athanase Paul Doumer,  à la présidence de la république, et ce le 11 mai 1931. Il prit ses fonctions le 13 juin de la même année. Etonnant non ? Mais comme bon nombre de ses prédécesseurs, il n’alla pas au bout de son septennat. (C’est pas comme ceux d’aujourd’hui !lol).. En effet, le 6 mai 1932, le pauvre Jo Athanase fut victime d’une « tentative » d’assassinat par un réfugié russe : Paul Gorgulow. (Comme quoi, les réfugiés ! … hein !). Et puis, tentative d’assassinat est un doux euphémisme, quand on sait que le pauvre Jo At Paul décéda le lendemain 7 mai. (Requiescat in pace !). Du coup, on élit un nouveau président, le 10 mai 1932. Le 10 mai déjà, ça ne vous rappelle rien ? … Non ? Mais siiiii ! (Le 10 mai 1981, l’élection de Tonton 1er !) Mais je m’égare, je m’égare… !

     

          Celui qui gagna le pompon ce jour là s’appelait Albert Lebrun, et il sera le dernier président de la troisième république. Il fit ses 7 ans, fut réélu le 10 mai 1939, et des évènements douloureux mirent un terme à cette deuxième présidence le 11 juillet 1940. Nous verrons lesquels.

     

          Pendant ce temps là, outre Rhin, que se passait-il ? Ma foi, des choses … disons inquiétantes. Le petit père Adolf avait intégré le National Sozialistische Deutsche Arbeiter Partei, le NSDAP, qui deviendra le parti Nazi !! (Brrrrrrrrrrr, ! ça aussi ça glace ! Brrrrrrrr !). Et avec des slogans tels que, par exemple : « Arbeit macht frei ! » (Le travail rend libre !), en 1933, le parti remporta les élections législatives et Mr. Hitler devint le chancelier de l’Allemagne. (Ça y était, il avait les commandes !)… (Et re-brrrrrrr !)

     

          A l’époque, l’idole du nouveau chancelier, était Benoît, …euh, …plutôt Benito Mussolini, le conducteur de l’Italie, qui faisait régner, là-bas, la terreur avec son parti fasciste. Il s’était baptisé : le Duce, sans doute tiré du latin Ducere qui veut dire conduire. (A mon avis, il était aussi mauvais conducteur que la porcelaine ou le plastique !!). Du coup Adolf se baptisa, lui, le Führer, qui veut dire la même chose que Duce, mais en allemand. (A ce propos, savez vous pourquoi A. Hitler portait toujours des chaussettes rouges ? Non ? Et bien tout simplement pour faire fureur ! lol ! Mais si lol, c’est pour détendre l’atmosphère). Et là le nouveau slogan devint : « Ein Volk ! Ein Reich ! Ein Führer ! ». (NDT : Un Peuple ! Un Empire ! Un Führer !). Ah oui, j’avais oublié de vous dire qu’il avait inventé le troisième Reich, et du coup il avait le titre de Reichsführer ! Rien que ça.

     

                Pendant ce temps là, en deçà du Rhin, chez nous, on terminait gentiment les années folles. … !

     

          Adolf, lui, mit en œuvre son programme : annihiler le traité de Versailles. Je ne sais pas trop dans quel ordre il le fit, mais il le fit. Je pense qu’il commença par remilitariser l’Allemagne, doucement d’abord puis avec plus de fermeté. Il fit fi  … disons, des « gros yeux » que lui adressèrent les puissances de la SDN. (La Société des nations, créée après la guerre de 14, une espèce d’ancêtre de l’ONU, mais en plus nulle. C’est dire !!). Et puis,  il réarma de façon plus efficace, notamment grâce à Goering qui créa la Luftwaffe : l’armée de l’air. Du coup les usines Krupp se mirent à tourner et l’«Arbeit»revint. Bon, juste des gros yeux, il se dit : « Tiens je vais essayer de réoccuper la Rhénanie ». Cette région située sur la rive gauche du Rhin, était démilitarisée depuis le traité de Versailles. Alors, dès qu’il eut un début d’armée, il envoya ses soldats  de l’autre coté du Rhin. (J’ai eu un prof d’histoire qui nous a raconté que les officiers qui commandaient ce détachement, avaient dans la poche un ordre qui disait : « Si vous apercevez un soldat français, rebroussez chemin ! ». A ce moment là, l’armée française était encore supérieure à l’armée  du Reich. … Mais les soldats allemands ne virent personne et ils s’installèrent en Rhénanie.

     

                Et pendant ce temps là, chez nous, en deçà du Rhin, et bien on construisait la ligne Maginot. Mais pas devant la frontière belge, ah non non non, il n’aurait pas fallu vexer nos voisins Outre-Quiévrains. Ils ne voulaient pas de fortifications devant leur frontière ! Jamais aux grands jamais, une armée n’aura l’outrecuidance de passer par là ! Ben voyons !...

     

          De l’autre coté du Rhin, on construisait la ligne Siegfried ! Et le père Adolf poursuivait son plan. Il commençait à se débarrasser des handicapés, (Oh le salopard !), des homosexuels, (hou la vilaine !), des Tziganes, (dzouiiiiinnnnnnnggggggg !), et des juifs. … !!! La solution finale était en route, mais le monde ne le savait pas encore !

     

          En deça du Rhin, en France, on ne voulait surtout pas d’ennuis. Pas de guerre, la guerre de 14-18 devait être la der des ders. C’était une excellente idée, mais … face à un mytho-mégalomane, … que faire ? Je ne sais pas ou plutôt il aurait fallu faire plus que les gros yeux, au bon moment. Mais c’est facile de le dire à postériori.

     

          En France, Léon Blum, président du conseil en 1936, avec le Front Populaire, fit voter les lois sociales, avec notamment les premiers congés payés. Si bien qu’en été 36, la France était en vacances. Et s’il y avait eu la télé, on aurait pu regarder les jeux olympiques de Berlin. Cette grande manifestation du …parti Nazi devait démontrer à la face du monde la supériorité de la race aryenne, les grands blonds aux yeux bleus !!! (C’est vrai que quand on regarde les portraits de Monsieur Hitler, on retrouve dans son regard la ligne bleue des Vosges, et dans la moustache et la mèche de cheveux, la blondeur des blés !!!!lol). Quant à la supériorité des aryens sur la piste … Pfffffftttttt ! Jesse Owens démontra qu’elle était surfaite ! …(sans commentaires).

     

    Par contre, la même année, les nazis testèrent la force de la Luftwaffe dans la guerre civile espagnole en écrasant Guernica sous un déluge de bombes. … !

     

          Et puis, en 1938, le führer commença l’agrandissement du Reich en procédant à des annexions plus ou moins acceptées par les populations. D’abord l’annexion de l’Autriche, connue sous le nom d’Anschluss, qui veut dire : annexion en allemand. Le traité de Versailles en 1919 avait expressément interdit la fusion entre l’Allemagne et l’Autriche, mais après de sombres tractations avec le parti nazi autrichien, des coups d’état manqués, et la complicité de certains dirigeants autrichiens, l’armée allemande entra en Autriche début 38, et la fusion entre les deux pays fut prononcée en mars . … La France accepta la réunion des deux états.

     

          Et puis en septembre 38, il y eut la crise des Sudètes. Les Sudètes, c’est une région de la Tchécoslovaquie, et non pas les habitants d’icelles. La Tchécoslovaquie était une république qui avait été créée par le traité de Versailles, et qui réunissait plusieurs régions avec des populations différentes, dont une partie, les Sudètes, était habitée par des Allemands. Prétextant de soit disant brimades sur les populations allemandes, Mr. H., führer de son état, revendiqua le droit d’annexer les Sudètes. Mais là, ça rechigna quelque peu, et on décida de se réunir, entre «gens de bonne volonté», (Qu’en termes choisis, ces choses là sont dites !), pour débattre du sujet. C’est ainsi qu’en septembre 38, Mr. Adolf « convia », à Münich, Monsieur Daladier, président du conseil en France, Mr.Neuville Chamberlain, premier ministre de Grande-Bretagne et Mr. Benito Mussolini, Duce d’Italie. … On parla… et l’on finit par se mettre d’accord, les Sudètes seraient rattachées à …l’Allemagne. (C’est pas beau, ça !).

     

          Sur le chemin du retour, Daladier et Chamberlain, n’en menaient pas large dans leur avion respectif. Ils pensaient, disons le mot, se faire carrément engueuler par l’opinion publique pour avoir cédé aux exigences du chancelier allemand. … Mais, oh surprise, ils furent acclamés l’un et l’autre pour avoir sauvé la paix. C’était : « Tout sauf la guerre ! ». Winston Churchill dira : « L’Angleterre avait le choix entre la guerre et la honte. Elle a choisi la honte et ce sera la guerre ! » (Triste prémonition)

     

          Quelques temps plus tard, la Wehrmacht entrait en Tchécoslovaquie et l’annexait en entier. Quand on aime on ne compte pas.

     

     

     

    A suivre …

     

    « Cons's Story : Chapitre 55 !Cons's Story : Chapitre 57 ! »

  • Commentaires

    1
    bébéturbulent
    Lundi 16 Mai 2016 à 10:18

    si les sudètes sont les habitantes des Sudètes, de quel pays sont natives les claudettes ?

    blague à part, des fous il en reste encore, et plus qu'on croit.

    2
    Lundi 16 Mai 2016 à 14:52

    C'est incroyable comme la volonté d'un seul bonhomme peut arriver à changer la face du monde ! Même quand c'est un taré de la pire espèce...

    3
    Lundi 16 Mai 2016 à 21:57

    Et dire qu'il y en a qui rêvent de marcher sur les traces d'Adolf ou de Benito...

    Inquiétant....

    Bonne soirée l'Emil.

    4
    Mardi 17 Mai 2016 à 09:23

     c'est une période de notre histoire de france où on a encore des sueurs de peur quand on se rappelle par les écrits ,les lectures et les nom breux films et ce n'est pas si loin de notre jeunesse, je suis née en 1941, mes parents m'ont beaucoup informé sur leur dramatique vie de jeunes mariès,

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :