• Cons's Story: Chapitre 36 !

     

    Chapitre 36.

     

     

     

          Je voudrais parler de la révolution dite de 1789, mais ça ne va pas être facile. Si vous saviez le merdier que ça a été, vous le croiriez pas. Je vais essayer de vous raconter un peu ce qui s’est passé pendant les dix ans qu’a duré la période révolutionnaire, mais je demande, à l’avance, l’indulgence des spécialistes : révolutionnaires ou contre révolutionnaires, autrement dits les «Bepponistes» et les «don Camillo-istes».

     

          La révolution de 1789 est une période troublée, (c’est le moins que l’on puisse dire !) qui s’étend de la réunion des états généraux en mai 1789 jusqu’au coup d’état du 18 brumaire, environ le 9 novembre 1799 qui vit l’avènement du consulat, et principalement un nommé : «Napoléone Buonaparte». (En phonétique : La paille au nez … Bu au N’a parté).

     

          Bon alors, les causes principales de la révolution sont : la mauvaise récolte de l’été 1788, probablement due à des orages nombreux et violents qui ont surtout appauvri le peuple, mais pas les nobles, qui, eux, ont recouvré leurs impôts, justement sur le dos du petit peuple et des paysans. (C’est toujours comme ça, même aujourd’hui !).  Une autre cause de mécontentement était l’état des finances du pays en 1789, l’état recevait 503 millions de livres, pendant qu’il en dépensait 620 millions !!! (Excusez du peu !. … Ça vous rappelle rien ?) Imaginez que cela se produise aujourd’hui ! Hein ? Vous croyez ? Non ! On n’en est pas encore là, mais ça vient.

     

          Bref, toujours est-il qu’en 1789 ça a fini par péter, et ça se comprend quand il y en a qui se remplissent la panse pendant que d’autres ne peuvent que se serrer la ceinture, surtout qu’ils n’avaient pas de bretelles non plus !!!. Ils n’avaient même pas de quoi s’acheter des pantalons !!! C’est pour ça qu’on les a appelés les «sans-culottes». … Ça devait péter, alors ça a pété, ah mais !

     

          Donc dans un premier temps, les révolutionnaires ont pris la Bastille (comme je vous l’ai narré), puis ils ont aboli les privilèges une nuit d’Août. Enfin, ils ont plutôt transféré les privilèges vers d’autres … cieux, si j’ose dire. ... Cela  a eu pour conséquence de faire partir un bon nombre de nobles, (on leur a donné le nom d’émigrés, et ils vont fomenter la guerre contre la France à partir de l’étranger). Pendant ce temps là, les révolutionnaires  ont fait la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ils ont institué la monarchie constitutionnelle en déclarant Louis 16 Roi des Français. C’est peut-être à ce moment là qu’il y a eu l’assemblée constituante qui a précédé, peut-être l’assemblée législative qui elle-même a précédé la convention. Enfin tout ça, ça s’est passé, mais dans quel ordre ? Pfttttt ! Dur de retenir, je  l’ai lu, mais il y a un tel bordel que ma tête va éclater.

     

          En tout cas ce que j’ai retenu, c’est que c’est en 1789 que furent créés les départements (au nombre de 83), et qu’ils étaient divisés en districts, en cantons et en communes, les représentants de chaque circonscriptions étant élus au suffrage universel : c’était dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Et oui, les maires, ça date de ce temps là, rappelez vous que, peu après la prise de la Bastille, Louis 16 avait reçu la cocarde bleue et rouge, des mains du premier maire de Paris : Bailly, en quelque sorte l’Hidalgo de l’époque ! …  Loulou l’avait mis sur son chapeau blanc. (Blanc comme le panache de son ancêtre Henri 4, sauf que lui il portait tricorne, c’était la mode de l’époque.). ……

     

          Bon, je me suis arrêté pour la nuit, parce que cette fin de 18ième siècle, c’est le foutoir. D’ailleurs toutes les années de cette fin de siècle c’est le foutoir, et si mon récit est un foutoir, il reflète bien l’ambiance de l’époque.

     

    Bon alors reprenons !

     

          En août 1789, on abolit la dîme, privant ainsi le clergé d’une bonne partie de ses revenus. (Ça n’a pas dû lui faire plaisir au clergé, si ça se trouve, c’est à ce moment là qu’ils ont inventé la quête à la messe !!!)

     

        Puis on adopte la constitution civile du clergé, faisant du même coup des ecclésiastiques des fonctionnaires qui doivent prêter serment à la nation, à l’assemblée constituante et au roi. Du coup, beaucoup de curés n’attendent pas l’autorisation du pape pour prêter serment. (C’est pareil aujourd’hui, tout le monde rêve de devenir fonctionnaire !). Ce clash entre le clergé régulier et séculier va être à l’origine de bien des exactions.

     

           Le 14 juillet 1790, c’est la fête de la fédération, tout le monde a l’air de s’entendre, tout le monde s’embrasse, mais en réalité chacun ourdit de son coté : le Roi, La Fayette et les curés. Le roi prend fait et cause pour les réfractaires, et tout cela finit par aboutir à la fuite de Varennes, et on sait ce que ça va donner. Le roi étant malmené par la foule, les émigrés, le comte d’Artois, frère du roi, en tête, exhortent les autrichiens à faire la guerre à la France.  Finalement, je crois bien que c’est Louis 16 qui, en avril 1792,  déclare la guerre à l’Autriche, en espérant bien qu’ils foutront sur la goule des révolutionnaires français. Cette année là, on déclare que la patrie est en danger et on fait appel aux volontaires. Mais, une armée de bras cassés munis de piques, de fourches et de faux, ça ne fait pas le poids. Et quand on destitue le roi, et que les armées autrichiennes et prussiennes entrengt en France, elles prennent les forteresses les unes après les autres, et finissent par menacer Paris. Tout le monde tremble. C’est à ce moment là que Danton pousse son coup de gueule : « De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et la patrie sera sauvée ! ». Mais, l’ennemi se rapprochant, les émeutiers prennent peur, car les autrichiens menaçaient de détruire Paris, et je ne sais pour quelle raison obscure, lorsque les hommes sont menacés de mort, ils se mettent à massacrer leurs semblables ? (Sans doute ne veulent-ils pas mourir seuls.). Toujours est-il qu’en ce mois de septembre, les sans culottes se mirent à égorger les religieux emprisonnés, prêtres réfractaires ou bonnes sœurs . C’est ce que l’on a appelé : les massacres de septembre. (les cons, tout de même !).

     

          Mais, contre toute attente, l’armée française fout une dérouillée aux austro-prussiens à Valmy le 20 septembre 1792. (Contrairement à l’équipe de France de foot en Afrique du Sud en juillet 2010 !). … Les ennemis se retirent. (Ils avaient, paraît-il, à faire avec un problème de pologne). Le lendemain, à Paris, on proclame la république, on met le roi en prison .. Le 6 novembre, le général Dumouriez fout encore une pâtée aux prussiens à Jemmapes, et occupe la Hollande et la rive gauche du Rhin. (Et oui !).  Pendant ce temps là, à Paris, on met le roi en accusation … de quoi, on ne sait pas. Mais aux Tuileries, on trouve l’armoire en fer, un coffre que le «royal serrurier» avait fabriquée de ses propres mains (peut-être). On l’ouvre, (il n’y avait pas la menace de la police, on avait tout le temps pour forcer le coffre-fort), et on trouve, à l’intérieur, les preuves de la trahison de Louis 16, ou plutôt, la preuve de sa collusion avec l’ennemi. Tout ça permettra de le traduire en justice, et de le condamner. La culpabilité du roi est facilement établie, mais la peine de mort est prononcée à une majorité beaucoup plus étroite que prévu, une voix seulement, celle d’un membre de la famille. (Comme quoi, on n’est jamais si bien trahi que par les siens !!!).

     

          L’exécution du roi va déclancher des évènements dramatiques.

     

     

     

    Pfffttttt ! La révolution, ça fatigue, je fais une pause, et je vous retrouve demain pour de nouvelles exactions et autres joyeusetés !

     

    A suivre …

     

    « Cons's Story : Chapitre 35 !Cons's Story : Chapitre 37 ! »

  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Avril 2016 à 13:40

    En fait c'est exactement le même panier de crabes qu'aujourd'hui, révolution en moins... mais si nos connards d'élus continuent sur leur lancée, il vont finir par l'avoir leur révolution !

    Bonne journée

    2
    bébéturlent
    Lundi 25 Avril 2016 à 14:08

    quand tu dis que l'armée occupe la Hollande, tu veux parler de Ségolène ?

    3
    Lundi 25 Avril 2016 à 17:04

    ça ne m'étonne pas que tu sois fatigué avec un mal de tête , tu devrais te reposer un peu, on peut attendre la suite, on te fait confiance.tes récits me font voir de plus près que la France a toujours été sanguinaire. Que de sang répandu! et je crois me souvenir que la suite l'est encore autant.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Lundi 25 Avril 2016 à 18:00

    Badinter aurait du vivre à cette époque, il aurait eu un sacré boulot....

    Bonne semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :