• Cons's Story : Chapitre 35 !

     

    Chapitre 35.

     

     

     

          Au lendemain de la prise de la Bastille, le roi Louis 16 (je vous rappelle son nom ou cas ou vous l’auriez oublié), se vit remettre la cocarde de Paris par le maire de la commune, (en quelque sorte le Delanoë de l’époque), une cocarde bleu et rouge, qu’il mit sur son chapeau blanc. Vous voyez le topo, les 3 couleurs y étaient : le bleu, le blanc et le rouge.

     

          Et puis, tant bien que mal, on arrive à la nuit du 4 Août 1789. Cette fameuse nuit. Vous voyez ? … Non ? Comment ? Vous ne savez pas qu’est ce que c’est la nuit du 4 Août ? Et bien en dehors de l’anniversaire de ma filleule, c’est ce que l’on a appelé l’abolition des privilèges. C'est-à-dire l’abolition de la féodalité !!!! Et ça, c’est pas rien !!! Et vous savez quoi ?? On vivait une époque formidable !! Dans la foulée, le 26 Août, ils ont fait la déclaration des droits de l’homme. Vous savez, ce truc qui commence par la fameuse phrase : « Tous les hommes naissent libres et égaux en droit. » C’est pas beau, ça ? Evidemment, ça a fait un tabac à travers le monde, c’est dommage que ça ne soit pas devenu un slogan universel !!! (Mais dans un univers peuplé de cons …. Que dire ?)

     

           Bref, une fois les belles idées passées, on est revenu à des notions plus terre à terre, et comme on manquait de pain à Paris, on est allé cherché la famille royale à Versailles pour la ramener à Paris aux cris de : « on ramène le boulanger, la boulangère et le petit mitron ! ». (Encore un coup de Joe Dassin ?. Elle est pas belle la vie ?). ça n’a pas donné plus de pain pour ça, mais ça a défoulé les manifestants. Et en septembre 1789, on a décrété que Louis 16 n’était plus roi de France, mais qu’il était roi des français. (La nuance est d’importance !)

     

              De fin 1789 à 1791, d’assemblée constituante en assemblée législative, de réformes en «réformes des réformes,» on avança au rythme des colimaçons. De temps en temps le roi mettait son véto, et la politique politicienne battait son plein. Finalement, la famille royale commença a voir le vent tourner et sentir le roussi, si bien qu’un jour de juin 1791 le roi décida de mettre les bouts. Enfin, il n’était pas tellement d’accord, mais son entourage l’encouragea à partir. Tout avait été prévu par le comte Axel de Fersen, un ami de la reine. Aussi, le 20 juin 1791, vers minuit, le roi, déguisé en valet, puis la reine et le dauphin accompagné de sa sœur, montent dans un « discret » carrosse vert bouteille avec les roues jaune citron, et l’équipage prend la direction de Metz, où ils espéraient retrouver les autrichiens. Dans ce lourd équipage, les retards s’accumulent, et lors d’un relais à Sainte Menehoulde, un certain Drouet qui avait travaillé à Versailles, reconnaît le roi en comparant son effigie sur une pièce de monnaie. Le nez Bourbonien était facile à reconnaître, et à l’époque, quand on voulait disparaître, il n’y avait pas de chirurgie esthétique. Donc, notre ami Drouet  n’y prend pas garde sur le coup, mais quand les émissaires de La Fayette, chef de la garde nationale, arrivent en annonçant qu’on recherchait la famille royale, le citoyen Drouet comprend qu’il a laissé échapper le roi et sa « clique ». Aussi avec un ami, il part pour Varennes et par des raccourcis, ils devancent le carrosse royal, ils préviennent le ci-devant procureur, on met en place un barrage sur le pont de la route de Metz, et on arrête l’équipage vert et jaune au moment où il se présente. On reconnaît le roi et on le remet dans le « droit chemin », celui de Paris. Ce fut la fin d’une escapade mal préparée.

     

    Le 25 juin, le carrosse royal rentre dans Paris par les Champs Elysées. Inutile de vous dire qu’à ce moment là la famille royale n’avait pas la cote, mais La Fayette avait prévenu : « Quiconque sifflerait le roi serait bastonné, et quiconque l’applaudirait serait pendu. » C’est donc dans un silence de mort que le roi fut reconduit  aux Tuileries. Marie Antoinette manqua de se faire écharpée, elle fut sauvée de justesse … ! On dit qu’à cette occasion, les cheveux de Marie Antoinette devinrent blancs dans la nuit. (on le serait à moins).

     

          Cette évasion manquée sépara définitivement le roi et son peuple, et du coup, Loulou,  fut suspendu de ses fonctions.

     

           15 mois plus tard, le 21 septembre, (Tiens, c’est l’anniversaire de Pinou, notre fils bien aimé), le roi fut arrêté et conduit avec sa famille à la prison du Temple. On en profita pour proclamer la première république, et ce fut le début de l’an 1. Ce fut aussi les massacres de septembre, et la princesse de Lambasle, amie de la reine, fut tuée, son corps démembré fut promené dans Paris, sa tête au bout d’une pique, fut agitée devant la prison où se trouvait Marie Antoinette… ! (C’est dire si on l’aimait ! … Que voulez vous, la folie des cons !).

     

            Et puis on décida de juger Louis 16, il fut accusé de conspiration contre la liberté et l’état. Le 26 décembre, on vota la mort du roi par une voix de majorité. (Comme quoi ! Des fois le destin, ça tient à peu de chose.) Finalement, le 21 janvier 1793, on réveilla le roi de bonne heure. On voulut le préparer, mais il repoussa ses bourreaux, enleva sa veste, et défit le col de sa chemise. Mais, quand on voulut lui lier les mains, il refusa. Samson, le bourreau, lui dit en tendant un mouchoir de soie : « Avec un mouchoir, Sire ». Louis 16 eut un mouvement de surprise, il y avait bien longtemps qu’on ne l’avait plus appelé : « Sire ». On allait l’empoigner, mais son confesseur le convainquit de se laisser faire, en lui narrant un truc sur le martyr du christ qu’il allait retrouver, bref, Louis se laissa lier les mains et couper les cheveux. Il fut conduit en carrosse sur la place de la révolution, actuellement place de la Concorde, et il gravit l’échafaud appuyé sur son confesseur. Il contempla les instruments de son supplice, et se tournant vers la foule il dit quelque chose du genre : « Je meurs innocent des crimes que l’on me reproche ! ». Il voulut continuer, mais les tambours couvrirent sa diatribe et il fut placé sur la ‘bascule’.

     

                LE COUPERET SIFFLA A 10 H 22.

     

           Après le régicide, on décida de s’occuper de la reine, et on accusa Marie Antoinette de haute trahison. Le procès fut mené par Fouquier Tinville, et hormis la trahison, on l’accusa également d’inceste envers Louis 17 son fils. Devant une telle accusation, elle prit les femmes de l’assistance à témoin en prononçant le fameux : « j’en appelle à toutes les mères ! ». De toute façon, son sort était scellé, et le 16 octobre, me semble-t-il, elle fut condamnée à mort, vers 4 heures du matin, et exécutée dans la foulée. Pour elle, le couperet siffla à midi quinze.

     

          Louis 16 et Marie Antoinette furent enterrés au cimetière de la madeleine rue d’Anjou-Saint-Honoré. Louis 18 fit exhumer les corps et les fit inhumer à Saint Denis. Charles 10 voulut élever une statue à la mémoire de son frère sur la place de la révolution. Il posa la première pierre du monument en 1826, mais seul le socle fut construit. La statue ne fut pas érigée, et le socle servit de support à l’obélisque de la Concorde.

     

          En 1815, Chateaubriand déclara :« Le premier crime de la révolution fut la mort du roi, mais le plus affreux fut la mort de la reine. ».

     

          Le siècle des lumières va s’achever dans un bain de sang. C’est ça l’humanité … !

     

           Enfin, savez vous que c’est Louis 16 qui a signé le décret mettant en pratique le système des unités M K S ? (Le système : Mètre, Kilo, Seconde). Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais ça a changé beaucoup de choses.

     

          Et moi qui croyais que c’était Adam et Êve qui avaient inventé le système métrique ! J’en reste pantois !!

     

    A suivre …

     

    « Cons's Story : Chapitre 34 !Cons's Story: Chapitre 36 ! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Avril 2016 à 11:34

    Tu as oublié de dire que Guillotin était ravi de savoir enfin que sa lame biseauté en oblique , qu'il avait expérimenté était un vrai succès.Elle coupait sans faillir les têtes même couronnées,quelle histoire....!!

    Bon dimanche l'Emil.

    2
    Dimanche 24 Avril 2016 à 18:52

    je n'oublirai jamais le jour et mois de la mort de Louis XVI, 21 janvier, jour de mon anniversaire oops .le système MKS était bien loin de mes préoccupations , merci de le rappeller. tu es très utile finalement Emil, on regrettera quand tu auras sig né la fin de tes 60 épisodes.

    3
    Lundi 25 Avril 2016 à 11:55

    Y a que les angliches qui restent allergiques au système décimal... faut dire que c'est vachement plus facile de diviser des pieds par des pouces, des livres par des inches (ou des gallons ? J'sais plus...) En plus ils roulent à gauche, y peuvent rien faire comme les autres ceux-là... et en plus ils parlent anglais !

    Bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :