• Cons's Story : Chapitre 31 !

     

    Chapitre 31.

     

     

     

          1715, « Le roi est enfin mort !! ». Enfin, ont du penser certains, parce qu’un règne de 72 ans ça ne s’était jamais vu, et peut-être que d’aucuns trouvaient le temps long. On s’apprêtait à crier : « vive le Roi ! ». Mais on s’arrêta, car on ne savait pas trop. … . La famille royale avait été tellement décimée au cours de ces dernières années, qu’on ne savait pas qui était le successeur de Louis 14. Et bien, on n’eut pas longtemps à se demander : Qui ? Le défunt Louis avait tout prévu. Il n’avait plus de fils, plus de petits fils, c’était donc son arrière petit-fils Louis, (étonnant ? Non !), qui devait devenir roi. On se tourna vers le petit futur Louis 15, on constata qu’il était âgé de 5 ans, on s’apprêta à, … , mais les récriminations furent réduites au silence, car le défunt avait prit la peine de désigner, comme régent : son petit neveu : Philippe d’Orléans. Ah mais !!! (C’est qu’il en avait dans le chou le Loulou 14 !)

     

            La Régence, avec un grand R, (quand on parle de la « régence », c’est

     

    de celle de Philippe d’Orléans qu’il s’agit), dura 8 ans, de 1715 à 1723. Pour moi, cette période est représentée dans ma mémoire par l’excellent film : Que la fête commence ! Avec dans le rôle du régent Philippe, le regretté Philippe Noiret, et avec, dans le rôle du ministre du régent, son complice le cardinal Dubois, le complice de Noiret : Jean Rochefort. (ça vaut le coup d’œil, pour ceux qui ne connaissent pas.).

     

          Sur cette période, les avis divergent. (Et comme disait le regretté philosophe : Pierre Desproges : « 10 verges, c’est énorme !). … J’avais entendu dire que cette régence s’était bien passée, ou du moins pas trop mal, mais il semblerait que, malgré l’intelligence des deux protagonistes, le bilan fût bien moins reluisant. Ce qui est sûr, c’est que cette période connut beaucoup de soirées «fines», qui tournèrent en orgies, le Régent étant une «fine braguette».

     

    De plus, durant cette période, il y eut la déroute de la banque Law. Il me semble que le nommé Law avait inventé le billet de banque, et que, au moment de rembourser les billets, il n’y avait plus assez d’or. (ça la fout mal ! …. Imaginez un peu si ça se passait maintenant … Brrr, j’ose même pas y penser). Ça a été l’invention de la banqueroute. (Tu parles d’une route !). … (D’ailleurs, si ça se trouve, c’est ce qui se passe maintenant !!! Hou lala !).

     

          Pendant que les hommes s’amusaient dans des parties fines, les femmes s’occupaient de l’éducation du petit roi. A 5 ans, il présida à la cérémonie d’enterrement du ‘Papé’. Quand il eut 11 ans, on le fiança à la fille du roi d’Espagne âgée de 3 ans. On refit, pour cette occasion, une fiesta à Bidassoa, (comme pour l’arrière grand-père), et on ramena la ‘fiancée’ à Versailles pour la préparer à son rôle de reine. (Dans les familles royales, le rôle de la reine ‘consort’, consistait surtout à ‘assurer la descendance’, pour parler comme il faut).

     

          Quand Louis 15 atteignit ses 13 ans, on lui enseigna les sports virils, tels que les armes et la chasse. Il apprit donc, en plus du gibier, à courir la gueuse, et il voulut prendre femme. Sa ‘Fiancée’ avait 6 ans !! Vous n’y pensez pas !!! On renvoya donc l’espagnole dans ses foyers, cela provoqua une guerre, et on proposa à Louis : marie Leszczinska. (J’ai eu du mal à l’écrire  … !! nom de d …). C’était la fille du roi de Pologne …  M….c’est pas vrai nom de Dieu ! Vous ne le croirez pas, le papa de la dame s’appelle : Stanislas Lesec …, non Leszin .., merde ! Alors, il s’appelle : L e s z c z i n s k i. … Ouf ! Y a des jours comme ça ! (Heureusement, à Nancy, leur place, ils l’appellent : la place Stanislas. C’est pas si facile que ça à écrire … Stanislas). Louis et Marie vécurent apparemment un bel amour. Hmmmm, ça change.

     

          Coté politique, Louis 15 prit des premiers ministres. D’abord Philippe d’Orléans, l’ex Régent, mais il mourut au bout d’un an., sans doute usé par ses turpitudes. Puis le Cardinal Fleury, un brave bonhomme qui remit un peu d’ordre dans les finances du royaume. (On aurait bien besoin d’un bonhomme comme ça aujourd’hui !).

     

          Et puis, il y eut les inévitables guerres. (Y a rien à faire, il faut que les rois fassent la guerre, ils ne peuvent pas s’en passer.).

     

          Les principales guerres de Louis 15 furent : La guerre de succession de Pologne, pour tenter de rétablir beau papa sur son trône. Peine perdue ! ça  se termine par le traité de Vienne. (1638 je crois).

     

     Puis la guerre de succession d’Autriche. Là, c’est bizarre, on gagne, mais au traité d’Aix la Chapelle, (1648), Louis 15 se retire de la Belgique et de la Hollande, laissant échapper le rêve de ses ancêtres : établir la frontière du royaume sur le Rhin.

     

     Et puis la guerre de 7 ans contre la Prusse et l’Angleterre. Là on y laissa des plumes, on a perdu l’Inde et le Canada. Et pourtant on a foutu une raclée aux Anglais à Fontenoy, c’est pas aussi souvent que ça, ça mérite d’être signalé. (A moins que ça soit durant une autre guerre … ma mémoire est incertaine !). … Il semblerait, après enquête,  que Fontenoy eut lieu pendant la guerre de succession d’Autriche. (On finit par s’y perdre !).

     

          Par contre pendant ce temps là, je ne sais pas exactement quand, Louis rattacha définitivement la lorraine à son ‘Pré carré’, comme il appelait la France. Il y installa beau papa. Et il acheta la Corse. (Tu parles d’un cadeau, !) D’aucuns disent que c’était pour que Napoléon soit français, mais je crois que ce sont des ‘on dit’.  (1)

     

          Coté politique, il combattit les jésuites, il eut du mal, mais il finit par dissoudre l’ordre. (ça c’est bien. Na !). Après Fleury, il eut comme ministre Choiseul qui réunit les familles des Bourbon, réorganisa la marine et l’armée. (Je crois bien que c’est avec lui qu’il essaya, sans succès de combattre les privilèges). Après que Choiseul eu été renvoyé sur le conseil de Madame la marquise de Pompadour, il y eut, selon le dictionnaire, 3 successeurs : Maupéoux, Terray et d’Aiguillon. (Alors là : Pttttt ! …)

     

     

     

     (1)- Pour illustrer les guerres de Louis 15, je vous conseille le film : Fanfan la Tulipe. La       première version avec le regretté Gérard Philippe, la voluptueuse Gina Lollobrigida et       l’inénarrable Noël Roquevert.

     

     

     

    Bon je vais m’arrêter là, je fatigue, et je finirai par raconter des conneries moi.

     

    A suivre …

     

    « Con's Story: Chapitre 30 !Cons's Story : Chapitre 32 ! »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Avril 2016 à 11:24

    T'imagine un peu si aujourd'hui les présidents l'étaient de père en fils jusqu'à leur mort ? Hollande pendant 72 ans... la cata totale !

    2
    bébéturlent
    Mercredi 20 Avril 2016 à 12:16

    y a pas que les rois qui font des guerres, des présidents aussi.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mercredi 20 Avril 2016 à 14:22

    Le règne de Louis n'a pas été bien bon pour les classes du peuple! on peut pas trousser les dames et s'occuper du pain des pauvres!

    Bises

    Gigi

    4
    Mercredi 20 Avril 2016 à 16:19

    Law on apprenait ses mémorables manipulations en cours de BP banque.....

    Une faillite retentissante..

    Bonne soirée.

    5
    Jeudi 21 Avril 2016 à 18:43

    rien de tel que Fanfan la Tulipe avec le beau Gérard Philippe pour apprendre l'histoire, Noiret ,Rochefort, on retenait tout-de-suite ce qu'on  n'avait pas enregistré ou voulu lire du livre d'écolier. mais t'inquiète Emil, de toi je retiens toutes les époques ( tant pis si elles ne sont pas trop dans l'ordre, je m'y perds aussi parfois !!money )

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :