•  

    « Ginette Ginette Ginette !

     

    « Quoi ? Qu’est ce qu’y a encoore !

     

    « Ginette Ginette Ginette, au secours ! On m’a volée, on m’a dérobée, que dis-je on m’a dérobée, on m’a dépouillée !!!

     

    « Lucette ? … C’est vous ?

     

    « Oui Ginette, c’est moi ! On m’a dépouillée !

     

    « Ah ben c’est plutôt une bonne nouvelle ça, pourquoi que vous braillez comme ça ?

     

    « Mais on m’a dépouillée je vous dis!

     

    « Et ben comme ça on aura pas besoin de vous passer à la Marie-rose !

     

    « La Marie-rose ? Qui c’est celle là Ginette ?

     

    « C’est pas quelqu’une Lucette, c’est une vieille recette de grand-mère pour se débarrasser des poux.

     

    « Une vieille recette pour faire quoi ?

     

    « Pour s’épouiller Lucette. C’est désagréable, mais si vous êtes dépouillée, vous aurez pas besoin de Marie-rose.

     

    « Mais j’ai pas de poux Ginette, j’ai été tout bonnement dépouillée !

     

    « Me prenez pas pour une imbécile Lucette ! Si vous avez été dépouillée, c’est que vous aviez des poux, un point c’est tout !

     

    « Mais non Ginette ! Dépouillée, dans ce sens là, ça veut dire que j’ai été volée.

     

    « Hein ? Vous avez été voler ? Et vous m’en avez même pas parlé ? Pourtant vous savez que j’adore ça moi, l’avion ! Ça m’aurait fait plaisir de voler avec vous. Vous êtes une mauvaise amie. Je sais pas si, …

     

    « Mais Ginette, je n’ai pas été voler, enfin je veux dire que je suis pas allée voler, on m’a volée !

     

    « C’est pas clair votre affaire là !

     

    « Ginette, je vous demande une petite minute d’attention. J’ai été volée.

     

    « Ouais, j’ai compris !

     

    « Non Ginette. Ce que je veux dire c’est qu’on m’a volée, vous comprenez ? On m’a voléééée !

     

    « Volée volée volée. Dans l’état où vous êtes, on dirait bien que vous vous êtes envoyée en l’air, ce qui, soit dit en passant, me semble du domaine de l’impossible alors, expliquez vous clairement.

     

    « C’est pourtant clair Ginette. On m’a volée ! On est rentré chez moi et on m’a dérobé des affaires. Un voleur je vous dis !

     

    « Un voleur ? Ben ça à rien à voir avec un pilote alors ?

     

    « Ben non Ginette. On m’a pris des affaires.

     

    « C’est mieux que d’avoir été prise Lucette ! Quoique je me demande bien qui pourrait avoir eu cette idée là. Et qu’est ce qu’on vous a pris ? Puisque votre vertu est intacte.

     

    « Des affaires Ginette.

     

    « Des affaires des affaires ! De quel genre ces affaires?

     

    « On m’a pris des affaires, eueueueuh, … des affaires du genre intime Ginette. C’est sûrement un satyre !

     

    « (Un satyre qu’aurait pas de goût alors). Et y vous a volé quoi au juste ?

     

    « Beeen, … eueueuh, pour l’instant je ne me suis aperçue que du vol de mes strings.

     

    « Ah ben c’est sans doute un galopin qui veut se fabriquer un lance-pierre. Vos stringues, y sont pratiques pour ça. Ho ho ho ho ! Et il est rentré chez vous le brigand ?

     

    « Non je crois pas. Ils ont disparu du sèche linge que j’avais mis dans le jardin.

     

    « Alors c’est sûrement ça Lucette. Il a rien volé d’autre ? Pas de soutifs ?

     

    « Eueueuh,… Non. Tiens c’est vrai ça, il m’a laissé mes soutiens-gorges. C’est drôle ça.

     

    « C’est qu’il a pas besoin de tissu Lucette, parce que vos soutifs, y sont plus petits que des confettis. Il a juste besoin d’élastique.

     

    « Vous croyez ?

     

    « C’est tout cru ma Lulu. … Ah ben tiens ! Là-bas, y en a un qui traîne, regardez !

     

    « Ah oui, c’est mon jaune, celui du mercredi.

     

    « Du mercredi ?

     

    « Oui Ginette, j’en ai de couleurs différentes. Une pour chaque jour de la semaine.

     

    « Ah ? … Et le dimanche, pour la messe, c’est quelle couleur ?

     

    « Blanc Ginette, blanc.

     

    « Ah oui je vois. Faut pas choquer le bon Dieu, hein Lucette ?

     

    « Eueueueuh, ça a rien à voir Ginette, c’est pour la pureté.,

     

    « Ouais ! mais, … Ooooooh ! regardez ! Votre stringue jaune là-bas, y se fait la malle !

     

    « C’est pas possible Ginette ! Vous confondez.

     

    « Moi confondre ? Je vous dis que c’est votre sacré bout de ficelle jaune qui se fait la malle !

     

    « C’est peut-être un poussin Ginette, d’ici je vois pas bien.

     

    « Et ben mettez vos lunettes bougre de brindille, parceque moi je vous dis que c’est votre stringue ! Je me demande bien comment il fait ça d’ailleurs. … Dites Lucette, vous auriez pas eu, par hasard des, … eueueuh, des bébêtes ?

     

    « Des quoi ?

     

    « Non rien Lucette, vous c’est pas possible.  Alors comment il fait ça votre bout de tissu ?

     

    « J’en sais fichtrement rien Ginette.

     

    « Ah ! … Regardez Lucette, il a des oreilles ! … Sacré nom de dieu de vingt dieux !!!

     

    « Quoi ?

     

    « C’est un greffier qui emporte votre stringue Lucette ! Alors ça c’est la meilleure !

     

    « Un greffier ? Vous voulez dire un chat ?

     

    « C’est ça Lucette, c’est un chat. Et je crois même bien le reconnaître, ce greffier. C’est le rouquin de JPR !

     

    « Vous voulez dire JPR ? Le, …

     

    « Ouais ouais Lucette, c’est Speedy, le chat de ce vieux satyre de JPR Lucette. C’est lui qui vous pique vos dessous. Ho ho ho ho !

     

    « Vous êtes sûre Ginette ?

     

    « A tous les coups Lucette. Ce bieux grigou de JPR, depuis qu’il vous a vue nue, il a du dresser son chat pour visiter votre jardin à la recherche de, … je sais bien quoi.

     

    « C’est pas possible Ginette, ça se peut pas !

     

    « N’empêche Lucette, il vient de sauter votre cloture là-bas avec votre bout de truc dans la gueule, et il file comme un dératé. Vas z’y Speedy, rapportes à ton maître !!! Ho ho ho ho ! C’est pas un chat, c’est Arsène Lupin. Ah il est fort le bougre, chapeau !

     

    « Dites Ginette, vous allez quand même pas le défendre ? Qu’est ce que je vais devenir moi ?

     

    « Ben, … un cul nu tiens ! Ho ho ho ho ! Déjà que vous étiez à moitié à poil, vous le serez entièrement maintenant. Ho ho ho ho !

     

    « Rooooooh Ginette, vous n’êtes pas très charitable !

     

    « Allez Lucette, y vous reste plus qu’à prévenir la gendarmerie pour qu’il arrête votre voleur. Ho ho ho !

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires