• Sans commentaire; mon blog déconne complètement


    4 commentaires
  •  

          Et si Marine Le Pen appelait ses adhérents à voter Poisson aux primaires de la droite, qu’arriverait-il ? … Jean Frédéric Poisson pourrait bien être le candidat de la droite aux élections présidentielles, et être au second tour contre la Marine Nationale !!!!

     

    Ça ne serait-il pas drôle ça ???

     

    Brrrrr ! … Ça fait peur !!!! … (Quelle drôle d’idée !)

     


    6 commentaires
  •  

    Un texte écrit sous l’emprise d’une forte émotion, (le 13 novembre dernier), par Pinou : notre fils bien aimé à Tsitsi et à moi.

     

    Cours, Oscar, cours.

     

     

     

    Ce soir nous sortons Oscar et moi. Dehors la nuit est là, il fait étonnamment bon pour un soir de novembre. La soirée sera belle et joyeuse, Car, ce soir,Oscar et moi

     

    Nous sortons.

     

     

     

    Dans le métro qui nous emmène, nous regardons les station défiler, Nous parlons et rions.

     

    Station République, nous descendons. Nous montons les escaliers.

     

    Ce soir, Oscar et moi, Nous sortons.

     

     

     

    Il es 20 heures, le groupe joue dans une heure.

     

    A la terrasse d’un café, Oscar et moi, Nous buvons Un dernier thé glacé.

     

    Par téléphone nous envoyons un dernier sms A maman, un dernier cliché,

     

    car ce soir Oscar et moi, Nous sortons.

     

     

     

    Devant les portes Du Bataclan, nous arrivons Entourés des autres fans. Nous chantons.

     

    Ce soir c’est la fête, tout le monde est joyeux, tout le monde est heureux.

     

    Car ce soir, Oscar et moi, nous sortons.

     

     

     

    Près de la scène, nous nous installons. A oscar je dis : « Mets tes bouchons ! ». Oscar ne veut pas :«Papa, je veux profiter du son ». « Tu n’est pas raisonnable oscar »

     

    « Oui mais papa, ce soir, Nous sortons ».

     

     

     

    Le groupe joue depuis quelques temps, la musique envahit nos tympans. Puis c’est alors que, brusquement,… PAN, PAN , PAN, de courts et sourds claquements Couvrent le miaulement Des guitares étincelante. Des flashes jaillissent des canons.

     

    Ce soir, Oscar et moi, nous sortons.

     

     

     

    Des corps s’écroulent, les coups résonnent. Des cris affreux montent de ce piège infernal. Un homme prend la main d’Oscar, mon chérubin. « Part avec ce monsieur ! Cours Oscar !cours ! Ne te retourne pas ! »

     

    Car ce soir, Oscar et moi, nous sortons.

     

     

     

    « Cours Oscar ! cours ! »

     

    Ma jambe droite s’affaisse, j’ai mal, je me baisse, j’attends qu’Oscar disparaisse, mais je crie toujours : « Cours oscar Cours ! Cours oscar  Cours ! ». Puis j’entends De nouveau ce claquement.

     

     

     

    « Cours Oscar cours ! La douleur est trop forte, Papa n’atteindra pas la porte. Les larmes inondent mon visage. Tout mon corps est en nage.

     

    « Cours Oscar cours ! » Mon enfant a franchi la porte. « Ne te retournes pas ! Cours avec ton escorte ! »

     

     

     

    « Cours Oscar cour !, Ne te retourne pas ! Surtout ne regarde pas L’horreur qui est derrière toi. !

     

     

     

    La dernière salve retentit. La dernière douleur ressentie. « Oscar, embrasse bien fort

     

    ta maman ! Oscar, embrasse bien fort ta maman ! … La famille, Je vous aime !

     

     …Cours, Oscar, cours ! … « Cours très loin de ce vendredi sanglant.

     

    « Ce soir, Oscar et moi, Nous sortions, …  pour la dernière fois.

     

     

     

               Pinou : un parisien parmi tant d’autres.

     

     

     


    7 commentaires
  • « (Tiens Ginette). … Hou ououhou !  Gineeette !
    « Hein ! Quoi ?
    « Gineeette ! C’est moi Lucette !
    « Aaaaah Lucette ? Qu’est  ce qu’y se passe ?
    « Ben c’est à vous qu’y faut demander ça Ginette. Ousque vous étiez ?
    « Au marché tiens ! Je reviens du marché, et même de l’intermarché de Nogent, comme tous les samedis.
    « Aaaaah mais oui, on est samedi ! Dites donc, ça fait une paye qu’on s’est pas vues ! Qu’est ce que vous étiez devenue tout ce temps ?
    « Je fasait des feuilles.
    « Hein ? Des feuilles ? … Des feuilles de quoi ? Vous avez écrit ?
    « Ecrit ? … Noooon ! J’ai ramassé des feuilles de lierre Lucette !
    « Des feuilles de lierre ? … Mais je croyais que le lierre, ça perdait pas ses feuilles !
    « C’est vrai Lucette, mais mon lierre, il a gelé, et j’ai été obligée de le couper. Du coup, j’ai du ramasser tout l’bazar ! Et dieu sait que ça a pris du temps !
    « Ah ?
    « Ben oui tiens ! Il a pas fallu seulement le couper ce foutu lierre. Il a fallu que je me coltine les sacs poubelle à évacuer, un à un, … eueueuh, de ci de là, dans les cont’neurs  disséminés dans la nature. Et avec ma Smart, ça a pris du temps, vous pouvez me croire !.
    « J’imagine ma pauv’Ginette ! Ça a du vous prendre du temps !
    « Ouais ! Ça a !
    « Je vous fait la bise.
    « Si vous voulez. … Smack !
    « Smack, … Snack ! … Et ben mon colon, vous collez Ginette !
    « Moi je colle ?
    « Ouiii Ginette ! Et pas qu’un peu. Comment que ça se fait ?
    « Je sais pas Luce… ! … Ooooh ! Mais si je sais !!! Roooooh le petit sagouin !!!!
    « Le petit sagouin ? Quel petit sagouin Ginette ?
    « Roooooh ! Un petit sagouin à l’Intermarché de Nogent ! … Raaaaah ! Si je le retrouve, je l’écharpe !!! … Et sa mère aussi !
    « Racontez Ginette ! C’est quoi cette histoire !
    « Oooooh ! C’est toute une histoire Lucette, je sais pas si vous allez comprendre.
    « Essayez toujours Ginette. Racontez !
    « Bon ! … Beeeen, est ce que vous savez ç’que c’est que Schreck ?
    « Schreck ? … L’ogre vert ?
    « Vous connaissez ?
    « Ben oui Ginette ! Mes petits n’veux, les gamins de nicolas Jauny, …
    « Ah oui, Cachou votre neveu !
    « Rooooh ! Cessez de l’appelez Cachou Ginette, vous savez que j’aime pas ça. … Donc je connais Schreck par les enfants d’Cachou, mais je vois pas le rapport…
    « Le rapport avec quoi ?
    « Le rapport entre Schreck, et le fait que vous collieez, quand vous faites des bises !
    « Collier ? Quel collier ? J’ai jamais parlé d’un collier ! Qu’est ce que vous allez inventer Lucette ?
    « Pas un collier Ginette, mais c’est vous qui collez quand vous faites des bises !
    « Moi je colle ?
    « Oui ! Et vous me dites que c’est à cause d’un petit sagouin d’intermarché qui connaît Schreck comme mes petits n’veux, les enfants de cachou, Nicolas mon neveu à moi !
    « Ah oui c’est ça.
    « Alors qu’est ce qu’y vous est arrivé avec le sagouin et Schreck Ginette ?
    « Ben avec Schreck, rien Lucette. … Mais c’est le petit sagouin.
    « Alors quoi ?
    « Attendez que je me reprenne. … Donc vous connaissez Schreck .
    « Oui Ginette, je connais.
    « Alors sachez que, à l’époque de Schreck, les grands magasins donnaient des vignettes à coller dans des carnets comme à notre époque les timbres «Spar». Vous voyez ?
    « Très bien Ginette.
    « Sauf que, aujourd’hui, les carnets, y z’apppellent ça des collectors.
    « Ah ?
    « Oui. … Sauf qu’aujourd’hui, la mode c’est plus Schreck, mais Tintin, Milou ou Haddock.
    « Hadoque ??? Le poisson ???
    « Non non ! Le capitaine ! … Et même ça, c’est dépassé. Aujourd’hui,y font des vignettes pour n’importe quoi, et selon ce que vous achetez, y vous collent des vignettes à coller dans leurs foutus collectors Lucette. Deux, trois ou cinq, selon la valeur de votre achat. … Comme du temps de «Spar». Voyez ! … Et quand vous avez rempli le carnet, vous avez gagné une peluche ou une autre connerie du même genre.
    « Ah ?
    « Ouais !
    « Mais Ginette, pourquoi que vous collez comme ça, vous ? C’est quoi l’rapport ?
    « Le rapport ???…  Le rapport Lucette, c’est que la caissière, … oh pardon, … l’hôtesse d’accueil, au moment de payer, elle me dit : « Vous voulez vos vignettes ? »
    « Alors qu’est ce que vous avez fait ?
    « Ben j’allais lui répondre que ses vignettes, elle pouvait se les coller, … eueueuh, se les garder, quand tout à coup, …
    « Tout à coup … quoi ?
    « J’ai vu l’œil concupiscent du petit sagouin assis dans le caddy de sa mère, qui avait le même.
    « Le même quoi Ginette ?
    « Sa mère avait le même œil concupiscent Lucette !
    « Et alors ?
    « Et ben alors alors alors, je sais pas pourquoi, j’ai proposé mes vignettes au petit sagouin.
    « Raaaah ! Ben ça, c’est drôlement gentil de votre part Ginette !
    « Ouais ! Mais j’aurais pas dû !
    « Pourquoi ça ?
    « POURQUOI ÇA ?? … Parce que, madame Lucette, la mère du sagouin, elle a rien trouvé de mieux que de dire à son affreux bambin : « FAIS UN BISOU A LA DAME, KEVIN ! » « Ben alors Ginette, c’est gentil non ?
    « NON !
    « Pourquoi ?
    « PARCE QUE, madame Lucette, LE SAGOUIN, IL ETAIT PLEIN DE SUCRE BAVEUX, ET IL M’EN A COLLE PARTOUT !!!!!!!
    « Aaaaah ! Je comprends tout ! Hi hi hi hi ! Il vous a pas loupée le petit cochon !


    4 commentaires
  •  

    « Tiens Ginette ! Comment ça va ?

     

    « Comment ça va comment ça va, … ça va pas Lucette !

     

    « Oooooooh, ça a pas l’air d’aller ! Quèsqu’y a qui va pas Ginette ?

     

    « Quèsqu’y a quèsqu’ya ? Y a que je suis pas bien tiens !

     

    « Roooooh ! Vous filez un mauvais coton Ginette ! Racontez moi ça ! Quèsqu’y vous arrive ?

     

    « Et ben Lucette, y m’arrive que je crois bien que je suis devenue enceinte.

     

    « Vous êtes quoi ?

     

    « Devenue enceinte Lucette !

     

    « En sainte ? Ah ben ça alors, c’est formidable Ginette !

     

    « Formidable ? Vous trouvez vous ?

     

    « Ben oui Ginette, c’est formidable, vous allez revenir à l’église ! Et ça, juste au moment où les cloches ont été réparées, je les ai entendues sonner ce midi ! C’est du miracle tout ça.

     

    « Du miracle ? L’église ? Quèsque vous voulez que j’aille foutre à l’église ?

     

    « Ben puisque vous êtes redevenue en sainte, va falloir que vous alliez à la messe tiens !

     

    « Mais bougre d’andouille, si je suis enceinte, j’ai rien à foutre à la messe ! Je suis en état de péché ! Va falloir que je me confesse, et ça, … JAMAIS !!!

     

    « Mais une sainte Ginette, ça n’a pas besoin de se confesser ! Vous pouvez venir quand vous voulez. … Alléluïa ! Ginette est redevenue sainte !!!

     

    « Moins fort Lucette, vous allez ameuter tout le quartier. J’ai pas besoin que tout le monde sâche que je suis enceinte.

     

    « Pourtant Ginette, l’auréole, ça vous ira bien.

     

    « Mais enfin Lucette, quèsque vous me chantez avec votre église et votre auréole ? J’ai plutôt des emmerdements moi ! Même si ça a l’air miraculeux.

     

    « Justement Ginette, que vous soyez redevenue une sainte, c’est un miracle ! Et ça, tout Potinville va en profiter. Alléluïa !!!

     

    « (Elle est complètement folle la Lucette). … Lucette, je vous demande une petite minute d’attention !

     

    « Oui sainte Ginette. Que puis-je pour vous ?

     

    « Arrêtez vos simagrées Lucette ! C’est pas drôle ! … Je vous dis que je suis enceinte !

     

    « Ben oui Ginette, j’ai bien compris. Vous êtes en sainte.

     

    « NOOOON LUCETTE !! JE SUIS ENCEINTE, J’ATTENDS UN ENFANT !!!!

     

    « Hein ? … Vous quoi ?

     

    « J’attends un enfant Lucette, je suis enceinte !

     

    « Vous ?

     

    « Oui moi !

     

    « C’est pas possible Ginette !

     

    « Si c’est possible. Vous croyez bien aux miracles vous !

     

    « Oui Ginette, mais, … eueueuh, … j’y commais pas grand-chose, mais à votre âge !

     

    « Aujourd’hui, y a plus d’âge. On a vu pire.

     

    « Mais Ginette, y me semble que, … eueueueuh, … pour être enceinte, comme vous dites, il faut avoir rencontré un, … eueueueuh, … un renard, non ?

     

    « Un renard ? Quèsque vous entendez par là Lucette ?

     

    « Beeeen, que, … eueueueuh, vous ayez fait la connaissance d’un coquin tiens !

     

    « J’ai pas de copain Lucette, !

     

    « Vous n’avez pas de coquin ?

     

    « Non plus Lucette. Pas de copain, pas de coquin ni de copain coquin !

     

    « Et vous ne vous êtes pas assise, … eueueueuh, … dans des lieux d’aisances bizarres, ou mal fréquentés ?

     

    « Noooon madame Lucette, je ne sis pas allé dans des vécés publics pour homme ! Si c’est ça que vous sous-entendez !!!

     

    « Alors c’est le miracle de la nativité. Vous êtes la nouvelle Vierge. … Sainte Ginette.

     

    « Dites lucette, racontez pas de conneries ! C’est sûrement pas ça.

     

    « C’est vrai que ça semble bizarre qu’en Haut-Lieu, ON ait choisi une mécréante comme vous pour une nouvelle nativité. … Alors quoi ? Quèsqu’y vous fait dire que vous êtes enceinte ?

     

    « Beeeen , c’est depuis mon régime.

     

    « Votre régime ?

     

    « Ouais, vous savez bien ? Je me suis mise au régime depuis une semaine.

     

    « Oui Ginette, mais quèsque ça a à voir dans le fait que vous vous croyez enceinte ?

     

    « Ben c’est simple Lucette. Depuis une semaine, je mange moins, je me prive. … Et pourtant, je continue à grossir. C’est pas normal !

     

    « Et vous le savez comment ? Puisque vous avez cassé votre bascule, hmmmm ?

     

    « Je le sais madame Lucette, parce que je ne peux pas rentrer dans ma robe de mariée !!

     

    « Et c’est ça votre critère ?

     

    « Ben ouais tiens ! J’ai suivi le régime de Ducon, vous savez, le docteur qui dit qu’y faut manger que des protéi-trucs.

     

     

     

    « Des protéines Ginette.

     

    « Si vous voulez. Donc j’ai suivi ses conseils à la lettre et que dalle ! Nib de nib, non seulement j’ai pas perdu un gramme, mais j’ai pris 5 kilos !

     

     … Alors je me suis posé des questions.

     

    « Mais vous avez fait quoi au juste ?

     

    « D’abord, j’ai arrêté le cassoulet-choucroute. … J’ai mangé que des saucisses, du saucisson, du jambon, enfin tout ce qu’y a comme viande dans ma recette de cassoulet-choucroute, voyez ?

     

    « Oui je vois Ginette !

     

    « J’ai fait ça pendant une semaine.

     

    « Ah ? Et ? …

     

    « Et ben la semaine suivante, faut ajouter les légumes, alors j’ai refait mes recettes complètes, cassoulet-choucroute avec haricots blancs et chou croûte. Comme le dit le docteur Ducon.

     

    « Aaaah ben c’est pas étonnant que vous ayez enflé ma pauvre Ginette !

     

    « Pourquoi ?

     

    « Parce qu’y a pas pire que les fayots et le chou pour vous gazer. Vous êtes pas enceinte, vous êtes une réserve de gaz. … C’est pas étonnant que vous soyez pas bien !

     

    « D’après vous je suis pas enceinte ?

     

    « Ni enceinte, … ni sainte malheureusement !

     

    « Et ben alors, … C’est que j’ai  fait une grossesse gazeuse !

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires